FANDOM


L'élection présidentielle française de 2002 est un scrutin électoral qui se tient en France le 21 avril et le 5 mai 2002.

Contexte Modifier

La France sort de cinq ans de coalitions Chirac-Jospin. Grâce à la bulle internet, la situation économique a été engagée dans un cycle favorable.

Le Front national a connu une ascension progressive dans les deux dernières élections présidentielles.

Cette élection s'annonce originale :

Prises de positions des candidats Modifier

Sondages Modifier

Contrairement à ce qui est sauvant dit, des sondages ont bien fait état de la progression de Jean-Marie Le Pen, mais ils ont été interdit de publication.

Avant que le président de la République et le Premier ministre n'aient officialisé leurs candidatures en février 2002, deux hommes se disputent la place de "troisième homme" dans les sondages : ce sont Jean-Pierre Chevènement (Pôle républicain) et François Bayrou (UDF). La progression du député-maire de Belfort, attirant aussi bien à gauche qu'à droite, notamment chez les gaullistes historiques, suscite beaucoup de commentaires. Elle atteint son apogée au début 2002 en frôlant les 15% d'intentions de vote. A partir de mars, c'est Jean-Marie Le Pen qui accède à la troisième place dans les sondages. 

Résultats du premier tour Modifier

Participation : 71,60 %

Le 1er mai, 1,5 millions de personnes défilent contre Jean-Marie Le Pen dans toute la France, dont 500 000 à Paris.

Résultats du second tour Modifier

Participation : 79,71 %

Analyses des résultats Modifier

L'élection présidentielle de 2002 est vécue comme un choc par les Français. Le rebond au second tour et l'augmentation de presque 10% de la participation en attestent. Jacques Chirac réalise le meilleur score d'un candidat à un tel scrutin dans l'Histoire de France, battant le record détenu par Louis-Napoléon Bonaparte.

Cette élection comte un nombre très important de candidats, au nombre de seize. Surtout, ceux que l'on pourrait qualifier de "petits candidats" réalisent des scores conséquents pour le second tour, six aux alentours de 5%. Parmis ces "petits candidats", huit sont de gauche.

Le Parti socialiste tient Jean-Pierre Chevènement et Christiane Taubira pour responsables des quelques voix qui ont manqué à Lionel Jospin. Toutefois, concernant l'ancien ministre, les premier sondages le consacraient comme le troisième homme de cette élection, sans que la présence du Premier ministre au second tour ne soit compromise. La baisse du score de Jean-Pierre Chevènement peut donc l'escompter de toute charge. Le principal intéressé déclare lui-même "Le candidat est toujours responsable de son programme, surtout lorsqu'il n'en a pas ou peu", une pic à Lionel Jospin qui en garde une rancœur tenace (il l'aurait empêcher d'être président de la commission des Affaires étrangères au Sénat).

Jean-Marie Le Pen a remporté au premier tour trente-cinq départements, situés essentiellement en Provence-Alpes-Côte d'Azur, Rhône-Alpes, Languedoc-Roussillon, Franche-comté, Alsace et Lorraine. Il progresse d'environ 1%. On peut imaginer qu'il vient du score de Bruno Mégret (2,34 %) le seul candidat a avoir appelé à voter pour lui.

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard