FANDOM


Eric Zemmour.JPG
Éric Zemmour
Informations biographiques
Naissance

Éric Justin Léon Zemmour
31 août 1958
Montreuil, Seine (France)

Décès

-

Nationalité

Française

Parti politique

-

Conjoint(e)

Mylène Chichportich

Enfants

Clarisse Zemmour
Thibault Zemmour
Hugo Zemmour

Diplôme

IEP de Paris

Profession

Journaliste
Écrivain

Religion

Judaïsme

Résidence

Paris


Éric Zemmour (31 août 1958 - ...) est un journaliste politique et écrivain français.

La pensée d’Éric Zemmour est axée autour de trois thèmes récurrents dans son discours, exposés dans Le Suicide français, que sont la décadence de la France, la lutte contre la pensée unique et le décalage entre le peuple et ses élites. Il défend les idées de nation et d’identité qu’il estime menacées dans une économie financiarisée et mondialisée, avec des flux massifs de personnes, de capitaux et de marchandises non-contrôlés, liées notamment au traité de Maastricht qui dépouille de son pouvoir un personnel politique devenu impuissant. Il accuse un certain nombre d’éléments de la société moderne, parmi lesquels le féminisme et les associations antiracistes qu’il pourfend dans Le Premier sexe et Petit frère, d’avoir érigé une nouvelle doxa majoritaire dans les milieux dominants, et d’avoir ainsi imposé dans le débat public un politiquement correct oppressant et zélé. A partir des années 2010, il estime que la situation migratoire et sécuritaire en France est telle que la défense de l'identité est un sujet devenu prioritaire par rapport à celle de la souveraineté.

Polémiste à succès, tant par les ventes de ses livres que par ses audiences télévisées, il devient une des figures les plus en vue du débat public français des années 2010. Son aura atteint la classe politique, surtout à droite, mais aussi au-delà. Il est également une personnalité très clivante du débat public en raison de polémiques dont l'issue est parfois le tribunal.

Biographie Modifier

Origines, famille et jeunesse Modifier

Éric Justin Léon Zemmour naît le 31 août 1958 à Montreuil, dans la Seine (aujourd'hui la Seine-Saint-Denis). Il est le fils de Roger, ambulancier, et Lucette Zemmour, femme au foyer, qui ont quitté l'Algérie française dans les années 1950 et 1960 avant les accords d'Evian[1]. L'un de ses grand-pères était cordonnier en Algérie[2]. Il est donc un juif berbère. A ce titre, il ne se considère pas comme un immigré puisque l'Algérie était un territoire français. Il ira à la synagogue jusqu'à la mort de son père, en 2013[3].

Éric Zemmour grandit dans la France des années 1960 et 1970, celle du général de Gaulle, de Georges Pompidou et de Valéry Giscard d’Estaing. Une partie de son enfance se déroule dans une cité de Drancy en Seine-Saint-Denis, avant de déménager à Château-Rouge[4]. Il évoque une enfance et une adolescence heureuses, à une époque où la vie en banlieue était paisible, et dans une atmosphère très différente des années 1980 ou 2000, où il existait un véritable vivre-ensemble. Il est cependant imprégné de la culture des années 1970, comme les Roling Stone, son groupe de musique préféré, avec la chanson Sympathy for the Devil (il assiste à leur concert en juin 2014 à Paris, auquel assiste le Premier ministre Manuel Valls)[5]. Il dira ensuite qu'avoir eu son enfance à cette période, par opposition à ses années de polémiste dans les années 2000 et 2010, permet d'avoir "une mémoire de ce qu'était la France et de ce qu'elle est devenue, qui est différente de ceux qui sont nés après 1968, après les années 1970, après les années 1980"[6].

Éric Zemmour a été élevé dans la nécessite de l'instruction et de la réussite[7]. Il se souvient d'avoir été un élève apprécié de ses professeurs de français et d'histoire, quand ses résultats en mathématiques et plus encore en chimie étaient mauvais[8]. Il explique d'ailleurs "Quand j'ai eu mon diplôme [de Science-Po Paris], mon grand-père a pris une bouteille de champagne et il s'est saoulé la gueule. Si j'étais rentré par une voie déguisée, sans passer le concours, il ne se serait pas saoulé"[9].

Études Modifier

Zemmour et sa femme.JPG

Éric Zemmour et sa femme aux obsèques du journaliste Philippe Cohen (25 octobre 2013)

À 18 ans, Éric Zemmour rentre donc par concours à l'IEP de Paris, un choix qu'il décrit comme "évident" à l'époque[10], pour lui qui n'avait d'autres centres d'intérêts que la politique, l'Histoire et la littérature. Pierre Bédier, son camarade de promotion devenu ensuite élu des Yvelines et secrétaire d'État, se souvient qu'Éric Zemmour ne maîtrisait pas les codes de langages ou vestimentaires dans cette école très élitiste socialement[11]. A ce moment-là, ses idées politiques sont social-démocrates[12]. Il ressort diplômé de droit public en 1979.

Il tente à deux reprises le concours de l'ENA mais, alors qu'il réussit à l'écrit, il échoue à l'oral et n'intègre donc pas la prestigieuse école.

C'est dans les années 1990, alors qu'il est journaliste au Quotidien de Paris, qu'il rencontre Mylène Chichportich avec qui il se mariera et aura trois enfants : Clarisse, Thibault et Hugo[13].

Journaliste dans la presse écrite Modifier

Zemmour 1995.JPG

Premier passage d'Eric Zemmour à la télévision chez Michèle Cotta.

Son entrée dans le journalisme en 1986 se fait par hasard[14]. C'est Philippe Tesson, président du Quotidien de Paris, un journal classé à droite, qui le repère et lui met le pied à l'étrier dans le journalisme politique[15]. Il quitte cette rédaction en 1994 pour rejoindre Info-Matin. Sa plume est repérée par Michèle Cotta, lorsqu'il couvre l'élection présidentielle de 1995. Elle considère qu'il possède ce que Françoise Giroud appelait la "lisibilité", c'est-à-dire qu'il parvient à intéresser le lecteur tout au long de son papier[16]. Elle l'invite dans son émission, La Revue de presse, le 14 janvier 1995, ce qui constitue son premier passage à la télévision[17].

Zemmour au figaro.JPG

Eric Zemmour dans son bureau au Figaro, probablement en 2014.

Au Figaro, il n'appartient pas au service politique et dispose de son propre bureau, qu'il partage avec Anne Fulda et Ivan Rioufol[18], car "il est lui-même un homme politique, au sens "débat d'idée" du terme" pour son rédacteur en chef Guillaume Roquette[19].

Écrivain d'essais et de romans Modifier

Éric Zemmour se considère en premier lieu comme un écrivain. Le journalisme est pour lui un hasard. Parmi ses livres, trois ont rencontré un grand succès : Le Premier Sexe en 2006 avec plus de 100 000 exemplaires vendus[20], Petit Frère en 2008, et Mélancolie française en 2010 avec six réimpressions et 60 000 exemplaires vendus[21].

Suivant la vie politique, il a publié Le Livre noir de la droite en 1998 et Les Rats de garde avec Patrick Poivre d'Arvor en 2000, un ouvrage qu'il reconnait bâclé mais qui avait selon lui le mérite d'annoncer avant l'heure la "peopolisation des politiques". Il est aussi l'auteur d'un essai sur Édouard Balladur en 1995 et de deux autres sur Jacques Chirac en 2002 et 2004.

Ses chroniques sur RTL ont été successivement publiées dans Z comme Zemmour (2011), deux tomes intitulés Le Bûcher des vaniteux (2012 et 2013) et Un quinquennat pour rien (2016). Le premier tome s'est vendu à 37 000 exemplaires. Le dernier est préfacé d'un texte d'une cinquantaine de pages de l'auteur sur l'islam qu'il estime incompatible avec les lois de la République et la culture française. Un de ses passages télévisés suscite pas moins de 700 plaintes auprès du Conseil supérieur de l'audiovisuel qui ouvre une enquête, six heures après que le controversé CCIF ait appelé à le faire. Le 2 décembre 2016, le CSA adresse une mise en garde France 5 et RTL[22][23][24].

La télévision et l'accès à la notoriété Modifier

Zemmour ONPC.JPG

Éric Zemmour à la télévision.

Après l'élection présidentielle de 2002, I-télé réfléchit à une émission de confrontation avec Christophe Barbier. Ce dernier propose Éric Zemmour comme contradicteur[25]. L'émission débute en 2003 et fête ses dix ans en 2013. Éric Zemmour y est opposé à Nicolas Domenach (Marianne) à partir de 2006. Le programme enregistre de bonnes audiences puisqu'il s'agit de la seule tranche où la part d'audience d'I-télé est régulièrement supérieure à celle de BFM TV, au point d'ériger Ca se dispute en un des programmes phares de la chaîne. Il participent entre 2005 et 2006 aux émissions de Vendredi pétantes et Samedi pétantes présentées par Stéphane Bern sur Canal + où il tient une chronique politique. Il participe également au Grand débat sur la chaîne Histoire animée par Michel Field où il est question de débats et d'analyses sur des sujets historiques (Mai 68, Alexandre Soljenitsyne,...). Dans L'Hebdo sur France Ô, présenté par Jean-Marc Bramy, il se confronte régulièrement à Dominique Wolton.

C'est en 2006 qu'il accède à une notoriété de grand public en participant à l'émission On n'est pas couché sur France 2, animée par Laurent Ruquier et produite par Catherine Barma. Il y officie comme chroniqueur avec Michel Polac puis avec Éric Naulleau à partir de 2007. Il y gagne la réputation médiatique d'un "snippeur" du PAF, avec des échanges parfois tendus voire polémiques avec des invités du domaine artistique. Ces confrontations offrent à l'émission une devanture certaine, d'autant qu'elle réalise de bonnes audiences. Lors du procès d'Éric Zemmour en 2010, Laurent Ruquier s'écarte des propos tenus par son chroniqueur sur une autre chaîne mais ne se sépare pas de lui, malgré les demandes de son renvoi par des associations. Cependant, l'année suivante, lui et son compère sont remerciés par la chaîne, pour des raisons restées floues, d'autant qu'aucun des protagonistes ne s'étend sur le sujet. Il est question de leur longévité, du boycott de l'émission par des personnalités artistiques, l'approche de l'élection présidentielle de 2012, ou encore d'une pression venue du président Sarkozy, lequel n'apprécierait pas d'être autant critiqué par Éric Zemmour. Éric Naulleau est cependant considéré comme une victime collatérale. Plus tard, en 2015, Laurent Ruquier exprimera ses regrets de lui avoir donné la parole dans son talk-show, estimant qu'il a ainsi banalisé les idées défendues par le Front national, alors en pleine ascension, bien qu'il ne renie pas ses relations personnelles avec une personne "très agréable"[26][27][28][29].

"Les deux Éric" poursuivent cependant leur duo dans une nouvelle émission, sobrement intitulée Zemmour et Naulleau, dans laquelle ils débattent de l'actualité avec quelques invités comme des personnalités politiques, des journalistes, des experts, ou encore des témoins. Cette suite se fait sur Paris Première, une chaîne dans laquelle Éric Naulleau présente déjà Ça balance à Paris. Forte de ses audiences, en moyenne entre 120 000 et 130 000 téléspectateurs, soit une hausse de 40%, la production avantage l'émission pour en faire l'émission politique phare de la chaîne à l'approche de l'élection présidentielle de 2017, en lui offrant une meilleure visibilité horaire en 2015 et en lui augmentant sa durée d'une demi heure en 2016[30][31].

Depuis 2010, Éric Zemmour est embauché par la radio RTL pour des chroniques politiques. Chaque matin du lundi au vendredi, il tient un billet d'humeur d'environ trois minutes pour évoquer un fait d'actualité, souvent politique et économique, plus rarement culturel ou footballistique. Son arrivée n'a cependant pas été accueillie chaleureusement par tous, certains ayant voulu l'empêcher en estimant que ses vues sont contraires aux valeurs de la radio. Jean-Michel Apathie a notamment cessé de le saluer. Le nombre de ses chroniques est réduit à deux, le mardi et le vendredi, à partir de la rentrée 2013 puis intégré dans une séquence plus large intitulée On n'est pas forcément d'accord, qui fait intervenir d'autres observateurs au même horaire les autres jours. Deux de ses chroniques ont marqué : une de mai 2012 à l'encontre de la nouvelle ministre de Justice Christiane Taubira (il est le premier à la cibler) et une de mai 2014 qui lui vaut une plainte en justice (qui aboutit à une relaxe définitive en juin 2015). Dans un entretien au Parisien le 22 février 2011, RTL reconnaît : « Ses interventions matinales sont encadrées et supervisées chaque matin par la rédaction. Nous lui avons demandé de veiller au respect des valeurs humanistes de la station ».

2014 : Le Suicide français Modifier

Il publie le 1er octorbe 2014 Le Suicide français, sous-titré par son éditeur Albin Michel "Les 40 années qui ont défait la France". C'est le fruit d'un travail de trois ans. Dans cet essai de 544 pages, il propose une analyse selon sa grille de lecture sur plusieurs événements intervenus entre la mort du général de Gaulle en 1970 et l'adoption du traité de Lisbonne en 2008, et se livre à une critique des élites françaises (politiques, médiatiques, artistiques,...) qui auraient volontairement appuyé ou objectivement aidé à la déliquescence de l'Etat-nation français, et qui expliquerait ainsi l'affaiblissement de la France et le malaise des Français dans l'époque.

Le suicide français.JPG

Éric Zemmour entame une longue tournée médiatique d’environ deux mois, au point que ses critiques comme les associations antiracistes lui reprochent son omniprésence médiatique. Certains de ses passages marquent des records d’audience, comme le 4 octobre dans On n’est pas couché sur France 2, avec 1,5 million de téléspectateurs malgré l’heure tardive (23h00-03h30) : l’émission commence à 17% de part de marché et atteint un pic avec le passage d’Éric Zemmour, entre 34% et 40% avant de chuter brutalement après son intervention. C'est la meilleure audience de la saison et deuxième plus élevée depuis deux ans[32]. C'est aussi le cas dans C a vous deux jours plus tard où l’émission bat son record d’audience avec près d’un million de téléspectateurs pour une moyenne habituelle de 700 000 personnes, et autant lors de son apparition dans Ce soir (ou jamais) le 10 octobre. Un débat de vingt minutes sur l'immigration est initialement prévu le 16 octobre sur BFM TV avec François Fillon, mais I-télé fait jouer sa clause d'exclusivité, et il est finalement remplacé par Élisabeth Lévy[33]. Fin 2014, il est élu "Grande Gueule de l'année" par les éditeurs de RMC suite à ce livre[34]. Il répond aussi aux questions de la presse étrangère, comme en Suisse où il intervient dans Infrarouge (RTS), voire aussi un entretien au Corriere Della Serra italien qui fait polémique (voir plus bas).

Il est vendu à une moyenne de 5 000 exemplaires par jours sur ses deux premières semaines de ventes[35], atteignant 32 000 ventes dans sa première semaine[36], puis 43 000 sur la deuxième[37]. Les chiffres quotidiens auraient grimpés à 12 000 ventes le 9 octobre et 17 000 le 14[38]. Il avait été imprimé une première fois à 120 000 exemplaires, mais il a nécessité deux réimpression de 80 000 exemplaires chacune[39]. A Béziers, un libraire dit avoir vendu 300 exemplaires en une demie heure[40]. Fin 2014, plus de 400 000 exemplaires ont été vendus, ce qui en fait l'une des meilleures ventes de l'année avec Merci pour ce moment de Valérie Trierweiler[41]. Deux ans après la parution du livre, en septembre 2016, la maison d'édition déclare en avoir vendu 500 000 exemplaires. Elle confirme qu'il s'agit de son deuxième plus gros succès[42][43].

Zemmour meeting.JPG

Il donne une conférence dans la ville de Béziers le 20 octobre sur invitation du maire Robert Ménard pour y donner une conférence devant un public estimé entre 1000 et 1300 personnes[44]. Le 4 novembre, c'est à Londres qu'il est reçu par la délégation britannique de l'UMP, devant 250 Français qui ont payé 12 livres (15,30 euros) à la délégation[45].

Le livre, très critique sur ceux qu'Éric Zemmour appelle les élites, reçoit un accueil fortement négatif de leur part, accentué par le succès qu'il connait. La presse multiplie les articles à son encontre et publie des réponses d'historiens[46], des articles de déconstruction de ses thèses, et deux sondages sont réalisés pour mesurer l'opinion des Français sur le journaliste et ses idées (Valeurs actuelles[47] et Le Parisien[48][49]). Dans Le Nouvel Observateur, Bruno Roger-Petit publie pas moins de treize articles en trois semaines à l'encontre du journaliste[50]. Le journal de 20h de France 2 présenté par David Pujadas présente un reportage qui contredit les chiffres donnés par Éric Zemmour[51], certains utilisés par le journal se révélant faux selon Libération[52]. Il est critiqué alors par Marie-Anne Soubré, pour qui Éric Zemmour est "le croque-mitaine de notre génération"[53], par Jacques Attali qui considère que "c'est le pire mais pas un imbécile" sur BFM TV[54], ou bien par Laurence Parisot qui juge que son travail "scandaleux" est "une définition du populisme"[55]. Le rappeur Akhenaton l'accuse d'être "monté sur un cheval qui est celui du fascisme"[56] puis d'être "invité pour nous vomir dessus"[57]. Dans la majorité socialiste, le Premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis parle d'une "zemmourisation de la société"[58] et le Premier ministre Manuel Valls considère qu'il ne mérite pas d'être lu[59]. Le député PRG Alain Tourret salut les deux prix Nobel consécutif de Patrick Modiano et de Jean Tirole "qui réduit à néant le pessimisme de monsieur Zemmour"[60]. Roselyne Bachelot se dit inquiète du "phénomène Éric Zemmour"[61]. Il reçoit quelques soutiens parmi lesquels le magistrat Philippe Bilger[62], Charles Beigbeider (qui se détache cependant de ses positons mais qui salut son travail "détabouisation")[63], Jean-Marie Le Pen[64], le journaliste Denis Tillinac.

Zemmour maquillage.JPG

Éric Zemmour maquillé avant de tourner Complément d'enquête.

Dans le week-end du 11 et 12 janvier 2015, le ministère de l'Intérieur lui fournit une protection de trois policiers après qu'il ait reçu des menaces de mort, l'obligeant à limiter ses déplacements[65]. Il fait l'objet d'un reportage de Complément d'enquête, émission de France 2, le 12 février, regardé par 1,3 million de téléspectateur (8,3% des audiences)[66].

Le phénomène Zemmour Modifier

Son émergence médiatique dans les années 2000 en fait un des journalistes les plus en vue. Assumant de faire de l’idéologie, il n’est pas conventionnel et acquiert un statut de polémiste à succès. Son ami Éric Naulleau note : « Il a une vraie influence à droite. Ses avis sont suivis avec attention par ceux qui voudraient capter l'électorat du Front national ». Son public est aussi caractérisé par la jeunesse. Un ancien ministre le confirme : « Il est le seul sur son créneau, à la fois journaliste, essayiste, écrivain et polémiste. Je vous mets au défi de trouver une autre personnalité qui a ce bagage historique et cette connaissance du monde politique et économique actuel »[67].

Des sondages sont réalisés à son sujet :

  • Octobre 2014 : une étude Ifop-Valeurs actuelles montrent qu'il recueille 30 % de bonnes opinions et 42 % de mauvaises opinions avec aussi 28 % déclarant le pas le connaître. Les sondés représentatifs le rejoignent majoritairement pour la pression du politiquement correct (76%), la dissolution de la nation française dans des phénomènes de masse comme la mondialisation ou l’immigration (62%), l'incompatibilité Islam-République (56%) et fortement sur l'origine ethnique des trafiquants (45%)[68].
  • Octobre 2014 : un sondage Odoxa-Le Parisien montre que 62% des Français en ont une mauvaise opinion, 37% une bonne et 8% une très bonne. Ils le perçoivent aussi comme intelligent, éloquent et ayant des convictions, réactionnaire, agressif, misogyne et pas démocrate[69].
  • Septembre 2015 : un sondage Ifop-Valeurs actuelles de septembre 2015 révèle que 12% de Français pourraient voter pour lui à une élection présidentielle. Dans ce même sondage, 29% des sondés déclarent avoir une bonne opinion de lui contre 46% en sens inverse, avec 25% d'autres déclarant ne pas le connaître[70].

Positionnement politique Modifier

Zemmour restaurant.JPG

Éric Zemmour dans un restaurant de Paris fin 2014.

Éric Zemmour a reconnu avoir voté en faveur de François Mitterrand en 1981 (une erreur de jeunesse selon lui), puis pour Jean-Pierre Chevènement en 2002, et enfin pour Nicolas Sarkozy aux seconds tours de 2007 et 2012. Il indique avoir voté "non" aux référendums sur le traité de Maastricht en 1992, sur le quinquennat en 2000 et sur le traité constitutionnel européen en 2005[71]. Des partis parmi lesquels Debout la République de Nicolas Dupont-Aignan lui ont proposé d'être leur candidat aux élections européennes de 2014 et Marine Le Pen l'a évoqué pour le ministère de la Culture mais le journaliste a préféré garder son indépendance[72]. Il est partisan d'une explosion des deux principaux partis situés à la droite de l'échiquier politique, l'UMP et le FN, pour que se crée en remplacement un vaste rassemblement clairement à droite, souverainiste et réactionnaire. Jean-Luc Mélenchon le présente comme « l’homme qui fournit une doctrine commune et un cadre de références historiques pour l’unification des droites et de l’extrême droite »[73]. A l'international, il se prononce en faveur du candidat républicain Donald Trump pour l'élection présidentielle américaine de 2016[74]. Dans un livre publié en 2017, des chercheurs de la fondation Jean-Jaurès estiment qu'une de ses chroniques du Figaro consacrée à la candidature de François Fillon a contribué à la victoire de celui-ci à la primaire de la droite[75]. Un historien parle d'une « nationaliste républicain »[76].

Parmi ses proches figure l'ancien patron d'Elf Loïk Le Floch-Prigent, Charles Pasqua et Philippe de Villiers[77]. Il est également ami avec Henri Guaino, Paul-Marie Coûteaux, Jean-Luc Mélenchon, Jean-Christophe Cambadélis, Patrick et Isabelle Balkany, qui ont assisté à son cinquantième anniversaire, où ils furent accueillis par des hommes en uniformes napoléoniens, et le coup de canon fut tiré. Il n'a cependant plus rencontré Marine Le Pen après octobre 2014, leurs relations s'étant brouillées depuis qu'il l'accuse d'être gouroutisée par Florian Philippot, et prend soin de ne plus lui répondre depuis un échange entre le journaliste et le vice-président dans Zemmour et Naulleau en février 2016. La direction des Républicains se montre pour sa part gênée, hésitant entre soutien et distanciation[78][79][80].

Conception de son travail Modifier

Éric Zemmour dit vouloir s’inscrire dans un « journalisme à la française » qui mélange la politique, l'information, l’Histoire et la littérature. Il est classé à la droite de l’échiquier politique, réactionnaire sur le plan sociétal, antilibéral économiquement, et résolument souverainiste politiquement. Il se définit lui-même comme un gaullo-bonapartiste[81].

Pour les journalistes Léa Salamé et Anna Cabana, Éric Zemmour cherche à se faire applaudir par la France la plus traditionnelle et la plus identitaire pour être pleinement considéré comme un Français, comme un modèle d'assimilation à la française.

« Gaullo-bonapartisme » Modifier

Il estime qu'il ne faut pas faire l’impasse sur Charles Maurras" car "il est intéressant en tant que critique de son temps, de la Troisième République, aboulique, ingouvernée et ingouvernable. Le général de Gaulle lui doit énormément, notamment son analyse de la France seule, qui marque à mon sens la dernière partie de son mandat présidentiel[82].

Éric Zemmour estime, dans Le Suicide français, que Napoléon Ier a sauvé l’héritage de la Révolution française, « menacé de mort par la déliquescence corrompue du Directoire et un coup d’État monarchiste qui aurait ramené Louis XVIII. Il a consolidé ses idéaux d'égalité et de mérite dans le Code civil que ne pourra remettre en cause la Restauration ».

Immigration Modifier

On a un peuple français qui est en train de se fracturer. Le peuple français n'existe plus et il y a deux peuples au moins sur le territoire français, qui ont des cultures différentes, des histoires différentes. Ils n'adorent pas les mêmes dieux, ils n'ont pas les mêmes conceptions de l'existence des femmes, de la philosophie, etc. [...] Du moment où il n'y a plus de peuple français sur le territoire de la France [...], on a des zones en France qui, petit à petit, s'autonomisent. Tout le monde voit bien se qui est en train de se passer : des zones qui ne sont plus la France.

- Éric Zemmour, conférence à Montpellier, le 11 avril 2015[83].


Zemmour 16 oct 14 Béziers.JPG

Il considère, dans son essai Mélancolie française et dans une chronique de mai 2014 sur RTL, que la chute de Rome est liée aux barbares qui ne s'assimilaient plus, et y voit un parallèle avec les flux massifs d'immigration en France et l'abandon de l'assimilation française qui est un terreau fertile pour le communautarisme.

Il est un des signataires de l'appel "Touche pas à mon église" en juillet 2015 en réponse à la proposition du président du Conseil français du culte musulman de reconvertir des églises désaffectées en mosquées[84].

Économie Modifier

Marx a fait une analyse brillantissime et prophétique du capitalisme, qui se mondialise et qui détruit toutes les structures traditionnelles en se déployant [...] Le clivage droite-gauche s’étant littéralement évaporé au contact de la mondialisation, nous revenons au clivage de la place et du balcon, qui était celui des petites cités et des villes italiennes avant l’instauration du clivage droite-gauche issu de la Révolution française. La nouveauté, c’est que les citoyens qui occupent la place ne peuvent en aucun cas prétendre accéder au balcon. Le dit balcon étant désormais à New York, Singapour ou Shanghai. [...] Je pense que nous sommes en train de vivre une nouvelle lutte des classes, car évidemment elle existe bel et bien, et les riches sont en train de la gagner

- Éric Zemmour, entretien à Élément en 2015[85].


Il estime que la lutte des classes et la lutte ethnique vont de pair car les problèmes liés à l'immigration et l'intégration sont les conséquences d'une volonté du grand patronat, qui est d'employer des ouvriers moins chers qui puissent ainsi faire pression à la baisse sur les salaires des ouvriers déjà présents sur le territoire national. La mondialisation est en effet la libre-circulation des capitaux, des marchandises et de population. Il en tire la conclusion qu'une lutte globale contre un système global est nécessaire, ce qui explique selon lui le succès du FN dans les années 2010, car il est le seul à faire cette double-critique, tandis que la droite défend la mondialisation et la gauche le multiculturalisme[86].

Critique de l'époque Modifier

Il considère que "la passion de la passion" est un défaut de son époque, et lui préfère la raison[87].

Éric Zemmour explique que "la situation est d’autant plus alarmante que la France cumule une lutte des classes économique avec une lutte ethnique sur son sol. Cette division géographique entre immigrés de fraîche date, immigrés plus anciens et Français de souche est la conséquence d’une séparation culturelle, voire civilisationnelle à l’intérieur de nos frontières. Les deux conflits s’imbriquent et le rendent explosif"[88].

A propos des programmes scolaires : "Je me souviens de cette anecdote chez Taddéï. J’avais eu un affrontement très dur avec un historien sociologue antiraciste [Pascal Blanchard ?[89]]. Il était furieux. Au démaquillage, il m’a pris le bras et il m’a dit : « De toute façon, tu peux dire ce que tu veux, on tient les programmes scolaires »"[90].

Affaires judiciaires Modifier

Condamnation pour "provocation à la haine raciale" (2011) Modifier

Le 6 mars 2010, alors qu'il est en promotion pour son dernier essai Mélancolie française, il affirme dans Salut les Terriens de Thierry Ardisson que "la plupart des trafiquants sont Noirs et Arabes. C'est comme ça, c'est un fait", en réponse à un autre invité qui accusé la police de contrôles au faciès dans certains quartiers. Le même jour, dans L'Hebdo sur France Ô, il soutient q'un employeur est en droit de refuser un candidat à l'embauche pour ses origines. Il est alors cité en justice par SOS Racisme, la Licra, le MRAP, l'UEJF et J'accuse, dans ce qui devient "l'affaire Zemmour". Son avocat est maître Olivier Pardo. Il compte parmi ses soutiens Philippe Bilger, Jean-Marie Le Pen et Malek Boutih. Éric Zemmour est condamné le vendredi 18 février 2011 à deux amendes de 1 000 euros d'amende avec sursis pour "provocation à la haine raciale" par le tribunal correctionnel de Paris. [91]. Le 21, la CGT-France Télévision fait savoir dans un communiqué qu'elle estime que "quelqu'un qui est condamné pour racisme n'a pas sa place sur les antennes de France Télévisions", demandant donc son départ de France 2[92][93].

Etienne Moujote, à la tête du Figaro, prévoit de le renvoyer mais il renonce face aux manifestations pro-Zemmour devant le Figaro et aux messages de soutien au journaliste qui menacent de mettre fin à leur abonnement.

Relaxe d'"incitation à la haine raciale" (2015) Modifier

Dans une chronique à la radio, le 6 mai 2014, Éric Zemmour revient sur les chiffres récents de la délinquance qui démontrent son augmentation dans les trois quart des départements et une centaine d'agressions par jours à Paris. Il affirme notamment "Les Normands, les Huns, les Arabes, les grandes invasions d'après la chute de Rome sont désormais remplacés par les bandes de Tchétchènes, de Roms, de Kosovars, de Maghrébins, d'Africains qui dévalisent, violentent ou dépouillent". A l'instant même, cette déclaration semble être jugée dérangeante puisque l'animateur Laurent Bazin se retient de son habituel commentaire refermant la séquence du passage d'Éric Zemmour. Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) adresse une ferme mise en garde à la radio RTL au motif que les propos sont de nature à encourager des actions violentes à l'encontre de populations expressément désignées.

Zemmour procès 2015.JPG

Éric Zemmour au tribunal avec sa femme et son avocat

Le 24 juin 2015, le tribunal correctionnel de Paris condamne Éric Zemmour à 5 000 euros d'amende pour "incitation à la haine raciale" et le directeur de la rédaction de RTL à 3 000 euros pour la diffusion après le dépôt d'une plainte par le Cran, le Mrap et la Licra. L'avocat du Cran a reconnu devant la presse que l'objectif n'était pas seulement la condamnation du propos que la réduction de la parole médiatique du journaliste. Il est relaxé par le tribunal le 22 septembre 2015, pour des propos « excessifs, choquants ou provocants » mais ne s’appliquant « qu’à une fraction des communautés visées et non à celles-ci dans leur ensemble », puis cour d'appel confirme ce dernier jugement le 22 juin 2016[94][95][96][97][98][99].

Condamnation pour "provocation à la haine" (2015) Modifier

Le 30 octobre 2014, Éric Zemmour explique dans une interview au journal italien Corriere della Sera que les musulmans « ont leur Code civil, c’est le Coran », qu’ils « vivent entre eux, dans les périphéries », si bien que « les Français ont été obligés de s’en aller ». Lorsque le journaliste lui demande s'il faut envisager une « déportation de cinq millions de musulmans », Éric Zemmour répond qu'il ne le souhaite pas mais que « l'Historie est parfois étonnante » en citant les exemples des Pieds-noirs ou des Allemands d'Europe de l'Est au XXe siècle[100][101].

L'interview, passée inaperçue à sa parution en Italie, n'est révélée qu'en décembre par Jean-Luc Mélenchon qui l'a traduite de lui-même en reconnaissant ne pas être italophone. On apprend à l'occasion que le terme de « déportation » n'a pas été prononcé mais inventé par le journaliste italien dans sa réécriture. Pourtant, les journalistes de RTL se désolidarisent et Éric Zemmour perd son emploi à I-télé dans la semaine. L'émission est supprimée sans que l'enregistrement de la réponse du journaliste ne soit diffusée. Plusieurs associations (SOS Racisme, Licra, Cran) et parlementaires socialistes font savoir leurs satisfactions alors que d'autres critiquent (François Fillon, Michèle Aliot-Marie, Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon, Daniel Cohn-Bendit). Deux ans plus tard, le 21 novembre 2016, Éric Zemmour fait condamner I-télé à lui verser 50 000 euros de dommages et intérêts ainsi que 8 000 euros de frais de justice pour "rupture brutale et abusive du contrat, sans préavis et sans invoquer aucun manquement contractuel" car il a accumulé suffisamment de CDD renouvelés chaque année depuis 2003 pour les faire passer en CDI. La chaîne est tentée de renouer un contrat avec lui en 2016 mais l'accord qui le lie à Paris Première contient une clause d'exclusivité[102][103][104][105].

Le 17 décembre 2015, il est condamné à 3 000 euros d'amende pour "provocation à la haine envers les musulmans" après que le parquet en avait requit une à 10 000 euros le 6 novembre, le tribunal de grande instance requiert 10 000 euros quand plusieurs associations avaient déposé plainte (SOS Racisme, LICRA, LDH). Dans son intervention à la barre, Éric Zemmour a établi un parallèle entre sa situation et celle de Jacques Bainville après la publication des Conséquences politiques de la paix, lorsque celui-ci avait été vilipendé par la gauche pour germanophobie et bellicisme en ayant annoncé les étapes successives de la revanche allemande sur la France, en somme pour avoir annoncé avant l'heure une réalité que l'on ne voulait pas entendre à l'époque, et s'interroge sur les dessous idéologiques de son procès, ceux d'une gauche qu'il qualifie de bien-pensante, usant de l'arme judiciaire pour faire taire les opinions dissidentes sur des sujets de société comme l'Islam et l'assimilation[106][107][108][109].

Le 17 novembre 2016, la cour d'appel de Paris confirme l'amende. Son avocat annonce un pourvoi en cassation[110].

Plainte de Cécile Duflot (2016) Modifier

En mai 2016, alors que des révélations font état de harcèlement sexuel de la part de l'élu écologiste Dominique Baupin, Éric Zemmour affirme dans sa chronique RTL du 12 mai qu'il s'agit d'une vengeance de Cécile Duflot pour se venger d'Emmanuelle Cosse, compagne de Baupin qui a obtenu un poste de ministre en 2015. Cécile Duflot porte plainte quelques jours plus tard[111].

Enquête pour "apologie du terrorisme" (2016) Modifier

Le 7 octobre 2016, le parquet ouvre une enquête pour "apologie du terrorisme" après avoir été saisit par  des familles de victimes des attentats de Paris du 13 novembre 2015 (130 morts) suite à des déclarations d'Éric Zemmour parues dans l'édition de Causeur du 6 octobre. Au journaliste qui décrivait les djihadistes comme des « esprits faibles », le polémiste avait répondu par : « Quelle condescendance ! Moi, je prends l'islam au sérieux, je ne le méprise pas ! Et je respecte des gens prêts à mourir pour ce en quoi ils croient, ce dont nous ne sommes plus capables ». Bien que la dimension raciale soit absente des déclarations, SOS Racisme avait aussi saisit le parquet[112].

Pour son avocat Olivier Pardo : « Il voulait dire que les membres de l'Etat islamique ne sont pas des faibles d'esprit, c'est une organisation forte. L'amalgame avec ceux qui soutiennent les terroristes, c'est stupéfiant, idiot et dangereux »[113]. Les sociétés de journalistes de RTL et du Figaro se désolidarisent de ses propos[114]. Trouvant l'accusation « insuffisamment caractérisée », le parquet classe l'affaire sans suite, comme annoncé le 17 janvier 2017[115].

Propos à C à vous (2017) Modifier

Éric Zemmour est condamné à 5 000 euros d'amende pour "provocation à la haine" le 22 juin 2017 après son intervention sur le plateau de C à vous le 6 septembre 2016 où il avait déclaré que « tous les musulmans, qu'ils le disent ou qu'ils ne le disent pas », considéraient les djihadistes comme de « bons musulmans » et qu'il fallait leur imposer « le choix entre l'islam et la France », en plus d'un euro de dommages et intérêts à l'association CAPJPO EuroPalestine, auxquels s'ajoutent 2 000 euros de frais de dossier, le tribunal correctionnel de Paris estimant que les propos sont d'« une gravité incontestable » car ils « stigmatisent à plusieurs reprises et en des termes particulièrement violents et péremptoires une communauté prise dans son ensemble ». Il forme un pourvoi en cassation[116].

Représentation culturelle Modifier

Zemmour guignol.JPG

Le guignol d'Éric Zemmour (18 novembre 2014)

  • A force de le dire de Youssoupha (2009)
  • Étranges Fruits d'Akhenaton (2014)
  • Une marionnette à l'image d'Éric Zemmour apparaît dans Les Guignols de l'info sur Canal +.

En 2008, Éric Zemmour décrit le rap comme " un sous-culture d'analphabète" dans L'Hebdo sur France Ô[117].

Anecdotes Modifier

  • Un sondage TV Mag de 2011 fait de Éric Zemmour le journaliste le plus redouté de la classe politique[118].
  • Après les attentats de Paris du 13 novembre 2015, dont l'enquête démontre que la ville belge de Molenbeek est une fois encore liée au terrorisme islamique, Éric Zemmour dénonce la porosité des frontières entre pays européens et l'inefficacité des bombardements en Syrie en suggérant dans sa chronique radio : "Au lieu de bombarder Raqaa, la France devrait bombarder Molenbeek d'où sont venus les commandos du vendredi 13". Face aux réactions en Belgique et notamment de la bourgmestre de la commune, RTL publie un communiqué pour préciser qu'il s'agit là de second degré[119][120].

Citations Modifier

... d'Éric Zemmour Modifier

Autrefois, la rumeur était mensonge et l'information vérité : désormais, la rumeur est vérité, que censurent les médias si elle ne se soumet pas à la doxa totalitaire du "vivre-ensemble dans la diversité".

- Éric Zemmour dans une chronique du Figaro en janvier 2016 intitulée "L'assourdissant silence des féministes françaises" après les agressions sexuelles en Europe du 31 décembre 2015[121].


Les Halles, c’est la synthèse vivante du consumérisme et du grand remplacement (…) C’est au Forum des Halles, entre couloirs sinistres de RER et boutiques aux devantures criardes de fringues, de disques ou d’ordinateurs, qu’on sent le mieux, physiquement, la disparition d’un peuple français autrefois industrieux et inventif, transformé en consommateurs passifs et vains, tandis que, venant de banlieue, au terme d’un long périple depuis le fin fond de l’Afrique, un peuple arabo-musulman s’est substitué aux anciens habitants.

- « Zemmour évoque "le grand remplacement" des Français par "les arabo-musulmans" », lexpress.fr, 8 avril 2016[122].


On prend un livre de 540 pages qui raconte l’histoire des 40 dernières années et qui traite de sujets variés. On prend sept pages sur Vichy, et on en profite pour essayer de me délégitimer. On fait monter en ligne les historiens les plus prestigieux pour détruire ce que j’écris. On incite Jean-Marie Le Pen (qui n’a jamais autant fréquenté les plateaux de télévision depuis vingt ans) à dire à quel point il est d’accord avec moi pour me coller l’étiquette lepéniste, une étiquette infamante pour les médias.

- Éric Zemmour, Le Télégramme, 23 octobre 2014[123].


Ce n’est pas moi qui ai été nommé ministre parce que j’étais noir et femme. Donc, celui ou celle qui a bénéficié d’un regard ethnicisé sur la société française, ce n’est pas moi, c’est Rama Yade. Et ce n’est pas moi non plus qui ai été nommé présentateur du journal de TF1 parce que j’étais noir. Et ce n’est pas moi qui ai dit en 1998, quand l’équipe de France a gagné la Coupe du monde, qu’elle a gagné parce qu’elle était "black-blanc-beur".

- Éric Zemmour, Ça se dispute, I-Télé, 15 novembre 2013.[124].


Alors messieurs, allez-vous-en. Ôtez ce maillot qui n’a pas de sens pour vous. Oubliez-nous, comme on vous oubliera. On se consolera sur internet avec les coups-francs de Platini et les dribbles de Zidane. On les montrera à nos enfants en leur disant, les yeux émus : c’était ça l’Équipe de France !

- Éric Zemmour, RTL, 21 juin 2010[125].


Les électeurs de Le Pen sont des Français comme les autres, souvent des ouvriers, des gens très pauvres qui sont en première ligne, qui souffrent de la mondialisation, d’une immigration mal contrôlée, mal assimilée. Il faut arrêter de leur cracher à la gueule en plus .

- Éric Zemmour, Les francs-tireurs, télévision québécoise, 9 février 2011[126].


Le féminisme a eu un effet, c’est de permettre aux femmes de la grande bourgeoisie de voler aux vrais prolétaires leur statut de prolétaire. Elles ont volé, par un hold-up idéologique, le statut de dominé aux vrais dominés .

- Éric Zemmour, entretien au magazine Elle[127].


... sur Éric Zemmour Modifier

Je suis reconnaissant à Éric Zemmour d'avoir été le premier à faire sauter la chape de plomb qu'une gauche idéologiquement hégémonique alliée à une droite soumise et honteuse faisait peser sur le débat public dans notre pays.

- Franck Allisio, conseiller régional FN de Provence-Alpes-Côte d'Azur, dans un communiqué du 15 décembre 2016[128].


Au seul prononcé du nom de Zemmour, le malade est pris de tremblements puis de transes et sécrète un flot abondant d’encre, de bave et de fiel.(…) La tolérance, disait Claudel, il y a des maisons pour ça. Dans la société qu’on nous a faite, il y a des prisons pour ça.

- Dominique Jamet, Boulevard Voltaire, 19 octobre 2014[129].


Jean-Marie Le Pen aime bien dresser des listes spéciales. A qui veut l’entendre, le président du FN confie ces jours-ci que seuls trois journalistes se montrent corrects à son égard : Élisabeth Lévy, Éric Zemmour et Serge Moati !.

- François Duffay, Le Point n°1551, « La fronde des intellos », 7 juin 2002[130].


Difficile de se fâcher avec Zemmour. C’est un gamin facétieux, bon camarade, et comme il sort pas mal d’énormités, il est très tolérant avec les autres. Son seul point faible : il est dominé par ses hormones.

- Éric Naulleau, Télé-Loisirs le 30 août 2012[131].


Publications  Modifier

... d'Éric Zemmour Modifier

  • Balladur, immobile à grands pas (1995)
  • Le Coup d'État des juges (1997)
  • Le Livre noir de la droite (1998)
  • Une certaine idée de la France (1998)
  • Le Dandy rouge (1999)
  • Les Rats de garde, avec Patrick Poivre d'Arvor (2000)
  • L'Homme qui ne s'aimait pas (2002)
  • L'Autre (2004)
  • Le Premier Sexe (2006)
  • Petit Frère (2008)
  • Mélancolie française (2010)
  • Z comme Zemmour (2011)
  • Le Bûcher des vaniteux (2012)
  • Le Bûcher des vaniteux 2 (2013)
  • Le Suicide français (2014)
  • Un quinquennat pour rien (2016)

... sur Éric Zemmour Modifier

  • Mohamed Sifaoui, Éric Zemmour, une supercherie française (2010)
  • Chems-Eddine Hafiz, De quoi Zemmour est devenu le nom (2010)
  • Mohamed Bechrouri, L'Arabe imaginaire : Éric Zemmour, mais qu'est ce que je t'ai fait ? (2012)
  • Aymeric Caron, Incorrect (2014)
  • Noël Mamère et Patrick Farbias, Contre Zemmour : Réponse Au Suicide Français (2014)
  • Le scandale français (édition spéciale) (2015)
  • Geoffroy Lejeune, Une élection ordinaire (2015)

Articles Modifier

Notes et référencesModifier

  1. Philippe Bilger soumet à la question Eric Zemmour
  2. Eric Zemmour sur la diversité (participation à un débat en 2010)
  3. Éric Zemmour : les Rolling Stones, Dieu et moi par Anna Caban dans Le Point
  4. Eric Zemmour : le journaliste qui fâche
  5. Éric Zemmour : les Rolling Stones, Dieu et moi par Anna Caban dans Le Point
  6. Philippe Bilger soumet à la question Eric Zemmour
  7. La face cachée d'Eric Zemmour
  8. Entretien sur Radio-Courtoisie le 10 octobre 2014
  9. Eric Zemmour sur la diversité (participation à un débat en 2010)
  10. Philippe Bilger soumet à la question Eric Zemmour
  11. Eric Zemmour : le journaliste qui fâche
  12. Eric Zemmour : le journaliste qui fâche
  13. Éric Zemmour, un homme d'influences
  14. Philippe Bilger soumet à la question Eric Zemmour
  15. Eric Zemmour : le journaliste qui fâche
  16. Eric Zemmour : le journaliste qui fâche
  17. Eric Zemmour : le journaliste qui fâche
  18. Manuel Valls, Nicolas Bedos, Schwarzenegger et Eric Zemmour, la semaine d'Anne Fulda
  19. Eric Zemmour : le journaliste qui fâche
  20. Zemmour dépasse Trierweiler: les raisons d'un succès
  21. Zemmour ne battra pas Trierweiler en librairies
  22. Éric Zemmour : les vrais chiffres de vente du Suicide français
  23. Ce que dit Zemmour ne plait pas au CCIF qui appelle à interpeller le CSA. 6 heures après le CSA ouvre une enquête...
  24. Propos d'Eric Zemmour sur l'islam: le CSA met en garde RTL et France 5
  25. Eric Zemmour : le journaliste qui fâche
  26. La demi-lucidité de Laurent Ruquier sur le cas Zemmour
  27. ZEMMOUR VIRÉ DE FRANCE 2 PAR SARKOZY ?
  28. ERIC NAULLEAU VICTIME COLLATÉRALE DES PROPOS D'ERIC ZEMMOUR
  29. Eric Zemmour : Laurent Ruquier retourne sa veste
  30. Zemmour et Naulleau dissèquent le politique en prime et en direct
  31. "Zemmour et Naulleau sont une marque forte de Paris Première"
  32. Édition : pourquoi Éric Zemmour fait mieux que Valérie Trierweiler
  33. "BFM POLITIQUE" : ELISABETH LEVY REMPLACERA ERIC ZEMMOUR FACE À FRANÇOIS FILLON
  34. Les auditeurs de RMC désignent Eric Zemmour comme «Grande Gueule de l'année»
  35. Éric Zemmour : les vrais chiffres de vente du Suicide français
  36. Zemmour ne battra pas Trierweiler en librairies
  37. Zemmour ne battra pas Trierweiler en librairies
  38. Éric Zemmour : les vrais chiffres de vente du Suicide français
  39. Éric Zemmour : les vrais chiffres de vente du Suicide français
  40. Le vice-président du FN prend ses distances par rapport à Zemmour
  41. Trierweiler, Zemmour et... Modiano : les cartons de l'année
  42. Un quinquennat pour rien Broché – 1 septembre 2016
  43. Faut-il publier Éric Zemmour ? Oui, estime le patron d'Albin Michel
  44. Le Tour de France : Romain à Béziers avec Zemmour - Le Petit Journal du 20/10
  45. Eric Zemmour désarçonne les militants londoniens de l’UMP
  46. Eric Zemmour : sa thèse sur Pétain en sauveur des juifs brocardée par les historiens
  47. Sondage: 30 % des Français ont une bonne opinion d'Eric Zemmour
  48. Denis Tillinac : "La vérité sur Zemmour…"
  49. Les Français ont une mauvaise opinion d'Eric Zemmour
  50. L'Obs Le Plus Bruno Roger-Petit articles publiés les 6, 7, 10, 13, 15, 17, 22, 24 et 30 octobre 2014, et les 4, 7, 10, 12 novembres 2014
  51. Sur France 2, le 20h de Pujadas démonte les mensonges de Zemmour: une leçon de journalisme
  52. Mariages mixtes : et si (pour une fois) Zemmour disait vrai ?
  53. Marie-Anne Soubré : « Eric Zemmour est le croque-mitaine de notre génération »
  54. Attali à propos de Zemmour: C'est le pire mais pas un imbécile
  55. Pour Parisot, le dernier livre de Zemmour "est scandaleux"
  56. Akhenaton tacle Zemmour : "Il est monté sur le cheval du fascisme"
  57. «Zemmour est invité sur le service public pour vomir sur nous»
  58. Cambadélis s'inquiète de la «zemmourisation» de la société
  59. Le Suicide français d'Éric Zemmour, la nouvelle idée fixe de Manuel Valls
  60. ZAPPING - Zemmour, le Prix Nobel, le chômage et le peuple alsacien à l'Assemblée nationale
  61. Roselyne Bachelot inquiète du «phénomène Eric Zemmour»
  62. Philippe Bilger : «Vite, une loi contre Éric Zemmour !»
  63. News & Compagnie: l'actu vu par Charles Beigbeder (2/2)
  64. Comme Zemmour, Le Pen estime que Vichy a sauvé des juifs
  65. Eric Zemmour, victime de graves menaces de mort, est sous haute protection policière
  66. Une minute avant... Complément d'enquête avec Éric Zemmour
  67. Éric Zemmour, un homme d'influences
  68. Sondage: 30 % des Français ont une bonne opinion d'Eric Zemmour
  69. Les Français ont une mauvaise opinion d'Eric Zemmour
  70. Sondage. Zemmour : Quand la réalité dépasse la fiction…
  71. Emission Zemmour et Naulleau du 14 novembre 2014
  72. Eric Zemmour ministre de la Culture? Marine Le Pen en rêve mais pas lui
  73. Mélenchon accuse Zemmour de vouloir «déporter» les musulmans
  74. Vidéo. Eric Zemmour roule pour Donald Trump
  75. FRANÇOIS FILLON : COMMENT ERIC ZEMMOUR A PARTICIPÉ À SON TRIOMPHE FACE À NICOLAS SARKOZY ET ALAIN JUPPÉ
  76. Éric Zemmour, un homme d'influences
  77. Philippe de Villiers : «Le pouvoir n'a plus de pouvoir : c'est une clownerie»
  78. Éric Zemmour : les Rolling Stones, Dieu et moi par Anna Caban dans Le Point
  79. Ariane Chemin et Vanessa Schneider, Le Mauvais Génie, Fayard (2015)
  80. Anne Hidalgo se voit présidente en 2022, Valérie Pécresse aussi ; Eric Zemmour intimide la droite et l'extrême-droite ; présidentielle : boules puantes en série...
  81. Éric Zemmour: Je suis gaullo-bonapartiste
  82. L’interview choc d’Eric Zemmour dans la revue Eléments
  83. Eric Zemmour à Montpellier, « Je ne suis pas Charlie »
  84. Morano : "La religion musulmane doit rester une religion minoritaire"
  85. L’interview choc d’Eric Zemmour dans la revue Eléments
  86. L’interview choc d’Eric Zemmour dans la revue Eléments
  87. Éric Zemmour : les Rolling Stones, Dieu et moi par Anna Caban dans Le Point
  88. L’interview choc d’Eric Zemmour dans la revue Eléments
  89. Éric Zemmour donne cet entretien en février 2015. A ce moment-là, il a participé à cinq émissions de Frédéric Taddéï : 24 novembre 2009, 3 mai 2010, 6 mars 2012, 5 avril 2013, et 10 octobre 2014. Quatre années en arrière nous ramène en 2011, date à laquelle aucune participation n'est relevée. Dans la mesure où l'entretien est donné début 2015, on peut imaginer qu'il se réfère en 2014, ce qui ramène à 2010 où, invité sur le déclin historique, il s'oppose à Pascal Blanchard, historien spécialiste de la colonisation et de l'immigration
  90. ERIC ZEMMOUR : « JE SUIS LE ROI DU DÉRAPAGE ! »
  91. Éric Zemmour condamné pour provocation à la discrimination raciale
  92. La CGT France Télévisions demande le départ d'Eric Zemmour
  93. 10 000 euros d'amende requis contre Eric Zemmour pour provocation à la haine envers les musulmans
  94. "Bandes d'étrangers qui dévalisent et violentent" : Zemmour devant le tribunal mercredi
  95. En matière de délinquance, notre État fait illusion
  96. A son procès, Eric Zemmour demande au tribunal d'arrêter de "pinailler sur les chiffres"
  97. Poursuivi pour incitation à la haine raciale, Eric Zemmour a été relaxé
  98. 10 000 euros d'amende requis contre Eric Zemmour pour provocation à la haine envers les musulmans
  99. Eric Zemmour relaxé en appel après ses propos sur les «bandes» d'étrangers
  100. Déporter 5 millions de musulmans français ? La réponse d'Eric Zemmour
  101. Polémique après des propos d'Eric Zemmour sur les musulmans
  102. Fillon, Aliot ou Mélenchon critiquent l'éviction de Zemmour
  103. Eric Zemmour attaque iTELE en justice
  104. Pour avoir viré Eric Zemmour, iTélé condamnée à lui verser 50.000 euros
  105. Pourquoi Eric Zemmour ne reviendra pas de sitôt sur iTELE
  106. Rien de m'empêchera de continuer à dire ce que je pense
  107. " Déportation » des musulmans", rendez-vous au tribunal : le procès du Comité 15 mars et Libertés contre Eric Zemmour
  108. Zemmour: une amende de 10.000€ requise
  109. Eric Zemmour condamné à 3 000 euros d’amende pour provocation à la haine envers les musulmans
  110. Propos contre les musulmans: Eric Zemmour condamné en appel à 3.000 euros d'amende
  111. Affaire Baupin : Cécile Duflot porte plainte pour diffamation contre Éric Zemmour
  112. Zemmour accusé de faire l'apologie du terrorisme
  113. Zemmour accusé de faire l'apologie du terrorisme
  114. Eric Zemmour grondé en direct par Yves Calvi pour ses propos sur le terrorisme mais confirmé par sa direction
  115. Propos de Zemmour sur les djihadistes: L’enquête pour apologie du terrorisme classée sans suite
  116. Eric Zemmour condamné à 5.000 euros d'amende pour provocation à la haine après son passage dans "C à vous" en septembre dernier
  117. Zemmour : le rap, une sous-culture d'analphabètes Ngeist
  118. Yves Calvi journaliste préféré des politiques et Eric Zemmour le plus redouté
  119. Zemmour répond à Schepmans: "Si la bourgmestre de Molenbeek m'invite, je viendrai"
  120. Eric Zemmour appelle à "bombarder" une ville belge et suscite la polémique
  121. L'assourdissant silence des féministes françaises
  122. ÉRIC ZEMMOUR, UNE CERTAINE IDÉE DU JOURNALISME À LA FRANÇAISE
  123. ÉRIC ZEMMOUR, UNE CERTAINE IDÉE DU JOURNALISME À LA FRANÇAISE
  124. ÉRIC ZEMMOUR, UNE CERTAINE IDÉE DU JOURNALISME À LA FRANÇAISE
  125. ÉRIC ZEMMOUR, UNE CERTAINE IDÉE DU JOURNALISME À LA FRANÇAISE
  126. ÉRIC ZEMMOUR, UNE CERTAINE IDÉE DU JOURNALISME À LA FRANÇAISE
  127. ÉRIC ZEMMOUR, UNE CERTAINE IDÉE DU JOURNALISME À LA FRANÇAISE
  128. Polémique à propos d'une conférence d'Éric Zemmour à Marseille
  129. ÉRIC ZEMMOUR, UNE CERTAINE IDÉE DU JOURNALISME À LA FRANÇAISE
  130. ÉRIC ZEMMOUR, UNE CERTAINE IDÉE DU JOURNALISME À LA FRANÇAISE
  131. ÉRIC ZEMMOUR, UNE CERTAINE IDÉE DU JOURNALISME À LA FRANÇAISE

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard