Fandom

Politique Wikia

8 parc de Montretout (Saint-Cloud)

1 337pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Commentaire0 Partager
8 parc de Montretout.JPG
8 parc de Montretout
Pays

France

Région

Île-de-France

Département

Hauts-de-Seine

Ville

Saint-Cloud

Fonction

Habitation

Résidents

Napoléon III
Jean-François Mocquart
Hubert Lambert
Jean-Marie Le Pen


Le 8 parc de Montretout est l'adresse d'un hôtel particulier de la commune de Saint-Cloud dans le département des Hauts-de-Seine en région Île-de-France.

La bâtisse est passée entre diverses mains dans son Histoire, les plus célèbres étant sans doute l'empereur Napoléon III, qui l'offrit à son chef de cabinet, Jean-François Mocquart, puis Hubert Lambert, riche cimentier propriétaire d'usines, et Jean-Marie Le Pen, homme politique et président du Front national.

Communément appelée « Montretout » en raison de la vue qu'elle offre sur Paris, son vrai nom est le « pavillon de l'Écuyer »[1].

Description Modifier

L'entrée est fermée par de hautes grilles en fer forgé et un code d'accès pour les piétons et les voitures, qui ouvre sur un vaste terrain de 4 800 m². L'hôtel particulier couleur brique de 430 m² s'élève sur trois étages et abrite onze pièces. Le jardin en pente offre une vie privilégiée sur la capitale et accueille plusieurs bâtiments annexes. Le photographe Raymond Depardon, venu au printemps 1988 prendre des prises du propriétaire des lieux, parle d'« une belle baraque un peu rétro, du genre Psychose ». La presse française évoque régulièrement la « villa Montretout » ou le « manoir de Saint-Cloud ». Quand Jean-Marie Le Pen a songé à la vendre en 2006 en raison de la lourdeur des charges, sa valeur a été estimé à 6,45 millions d'euros, somme coquette et surévaluée d'un demi million pour des spécialistes[2][3].

Localisation et accès Modifier

Saint-Cloud se situe à l'est du « département le plus riche de France », en bordure de la Seine qui s'écoule à 400 mètres en contre-bas de la colline que surplombe la demeure. Il faut remonter une longue route serpentant en larges virages à travers le parc privé et sécurisé où logent d'autres grandes personnalités françaises comme l'acteur Lino Ventura, Michel-Édouard Leclerc, PDG de l'enseigne commerciale du même nom ou Philippe Fatien, dirigeant de la discothèque Castel et du Polo Club de Chantilly[4][5].

Histoire Modifier

Second Empire Modifier

La demeure est construite sous le Second Empire par volonté de Napoléon III qui l'offre à Jean-François Mocquart, son chef de cabinet[6][7][8].

Propriété de Hubert Lambert Modifier

Hubert Lambert y meurt sans que la chambre ne soit nettoyée avant l'arrivée des Le Pen peu avant Noël 1976, distillant une odeur de mort et de sang impropre à l'hygiène de vie[9].

Propriété de Jean-Marie Le Pen Modifier

Quand Hubert Lambert décède en septembre 1976, Jean-Marie Le Pen devient, par le testament du défunt, le propriétaire légal de la demeure. Un cousin Lambert poursuit en justice mais la plainte est abandonnée après un marchandage entre les deux hommes. Le cousin garde l'entreprise, le nouveau propriétaire la fortune. Les Le Pen emménagent rapidement après qu'ils aient été la cible d'un attentat dans leur ancienne maison, la villa Poirier, deux mois plus tard. Pour eux, ce domicile est considéré comme un refuge à l'abris de la vie publique, des réactions que provoque la notoriété publique d'un homme polémique. Pourtant, le voisinage n'a jamais vraiment apprécié le parvenu dénué de manière ni le politique controversé devenu infréquentable. Jean-Marie Le Pen a pu y tenir des fêtes rassemblant jusqu'à 500 invités dont des vedettes comme les acteurs Alain Delon et Georges Descrières, les chanteurs Alain Barrière et Mouloudji, le présentateur Yves Mourousi ou l'humoriste Dieudonné[10][11][12].

Jean-Marie Le Pen cesse d'y vivre à partir de son remariage en 1991 pour se déplacer chez son épouse Jany à Rueil-Malmaison, située à proximité de Saint-Cloud. Il y conserve néanmoins son bureau au premier étage. C'est une pièce remplie de livres et d'instruments anciens comme une longue-vue pointée sur Paris et la tour Eiffel. L'ancienne chambre familiale devient le cabinet du majordome. Marine Le Pen choisit à 18 ans d'emménager dans le petit pavillon du gardien dans le jardin, mais lorsque sa sœur Marie-Caroline fuit le domicile familial en 1998 après la conflit Le Pen-Mégret, elle reprend l'étage restauré des écuries - transformées en garage - dont elle agrandit les chambres et peut ensuite y vivre avec mari et enfants. Elle quitte la maison en septembre 2014 après que les chiens de son père aient tué un de ses chats. La troisième fille Le Pen, Yann, vit au deuxième étage de la demeure avec ses enfants dont Marion Maréchal-Le Pen. Le pavillon a été reprit par Pierrette Lalanne, revenue après le divorce de 1984[13][14].

Depuis qu'elle est la propriété de Jean-Marie Le Pen, un homme qui ne sépare pas vie privée et vie publique, la propriété est intimement liée à la direction du Front national. Il y tient régulièrement le bureau exécutif du parti dans la salon du premier étage. Plusieurs de ses collaborateurs y ont leurs bureaux - inconfortables - au rez-de-chaussée et à l'étage. C'est souvent à Montretout que les personnalités du FN viennent trouver leur chef et s'entretenir avec lui, occasionnellement lui demander une autorisation, ce qu'ils ont nommé « l'ascension de Montretout par la face nord ». Nombre de personnes sont aussi venues de façon plus discrètes, des adversaires politiques notamment, comme un émissaire du président Giscard d'Estaing venu quémander un soutien électoral en 1981 ou bien Bernard Tapie pendant la campagne législative de 1993, mais aussi Charles Pasqua, Hervé Novelli, Patrick Buisson, Roger Holeindre, Léon Degrelle, Jean-Bedel Bokassa. Le président du FN dit lui-même : « L'environnement joue un rôle dans le personnage. On est perçu plus facilement comme un leader dans une maison comme cela que dans un petit appartement de la villa Poirier. Dans toutes les destinées, il y a des effets qui dépassent la notion de hasard »[15][16][17][18].

Jean-Marie Le Pen revient y habiter après qu'un grave incendie se soit déclaré à son domicile de Rueil-Malmaison en janvier 2015. Viellote, pas vraiment entretenue, elle est considérée par certains comme un véritable dépositaire d'archives et de souvenirs du FN[19].

Schéma Montretout L'express.JPG

Anecdotes Modifier

  • En octobre 1984, en période de divorce, alors que Jean-Marie Le Pen est au Parlement européen à Strasbourg, Pierrette Lalanne quitte le domicile sans crier gare avec ses affaires en oubliant l'urne contenant les cendres de sa mère. Ils restent enfermés dans un placard que plus personne n'ose ouvrir. Il faut des mois de négociations pour que Jean-Marie Le Pen consente à les rendre[20][21].

Publications Modifier

  • Dans l'enfer de Montretout (2017)

Références Modifier

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard