Fandom

Politique

François Hollande

1 340pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Commentaire0 Partager
Hollande.JPG
François Hollande
Informations biographiques
Naissance

François Gérard Georges Nicolas Hollande
12 août 1954
Rouen, Seine-Inférieure (France)

Décès

-

Nationalité

Française

Parti politique

Parti socialiste

Conjoint(e)

Ségolène Royal
Valérie Trierweiler

Enfants

Thomas
Clémence
Julien
Flora

Diplôme

Université Panthéon-Assas
HEC Paris
IEP de Paris
ENA

Profession

Haut-fonctionnaire

Religion

Catholicisme

Résidence

Mougins (Alpes-Maritimes)
Cannes (Alpes-Maritimes)


François Hollande (12 août 1954 - ...) est un homme d’État français. Il est le 24e président de la République française depuis le 15 mai 2012 au 14 mai 2017.

Magistrat à la Cour des comptes et avocat, François Hollande rejoint le Parti socialiste en 1979 et se fait élire député en Corrèze en 1988. Il s'implante dans le département en étant élu maire de Tulle (2001-2008) et président du conseil général (2008-2012). Il devient Premier secrétaire du Parti socialiste au congrès de Brest en 1997 et se retire dix ans plus tard, au congrès de Reims de 2008, en vue de la primaire de 2011 qu'il remporte avec 56,70% des suffrages. Candidat socialiste à l'élection présidentielle de 2012, il l'emporte au deuxième tour face au président sortant Nicolas Sarkozy avec 51,64% des voix, devenant le second président socialiste de la Cinquième République.

Sa présidence est marquée économiquement par une faible croissance, une hausse globale du chômage, une augmentation drastique des impôts et une incapacité à réduire les déficits publics. Elle est également déstabilisée par une succession de scandales défrayant la chronique (Affaire Leonarda, vie conjugale, publications d'ouvrages-confessions indiscrets) et la flambée électorale du Front national. Il est affaiblit par une série d'attentats terroristes islamiques dont le bilan s'élève à près de 250 morts, entraînant une polémique autour de la déchéance de nationalité, qu'il souhaite inscrire dans la constitution pour les binationaux, ainsi que par d'importantes manifestations hostiles à la loi Travail. L'adoption du mariage homosexuel, l'accord sur le climat à la COP21 et les interventions militaires étrangères sont cependant globalement jugées positives à son égard. Son impopularité historique le déconsidérant aux yeux de l'opinion, il choisit de renoncer à se représenter pour un deuxième mandat à l'élection présidentielle de 2017, une première dans l'Histoire de la Cinquième République[1].

Jeunes années (1954-1974) Modifier

Famille, jeunesse et études Modifier

Vie privée Modifier

Carrière politique Modifier

Premiers engagements (1974-1976) Modifier

Premiers mandats électoraux (1977-1996) Modifier

Premier secrétaire du Parti socialiste (1997-2008) Modifier

Candidature à l'élection présidentielle (2011-2012) Modifier

Présidence de la République (2012-...) Modifier

Hollande bureau Elysée.JPG

Politique économique Modifier

Premier pas Modifier

Tournant « social-libéral » Modifier

FH réfléchit.JPG

En début d'année 2015, l'économie française connaît une amélioration mais grâce à des événements extérieurs, tels que la baisse du prix du pétrole ou bien de la valeur de l'euro. Cependant, l'exécutif du pays revendique son action dans ces résultats. Dans le même temps, le chômage poursuit sa progression, ayant augmenté de 21% en juin 2015 depuis le début du mandat, soit 614 000 chômeurs de plus[2][3][4].

Tout au long de sa présidence, le ministère de l'Économie a utilisé un stratagème pour contenir l'augmentation de la dette publique : le Trésor émet des obligations (OAT) alléchantes pour les investisseurs, puisqu'elles promettent des taux de rémunération de 5 à 6%, alors ils les achètent à des prix supérieurs à leurs valeurs, permettant à l'État d'empocher le double de leurs vrais coûts (valeur faciale et prime). L'État a pu ainsi raboter la dette à 95,70% au lieu de 98% en 2015 et lui éviter d'atteindre les 100% du PIB en 2017. Mais cette savante opération s'avère contre-productive sur le long terme puisque les sommes empruntées le sont avec des taux d'intérêts qui augmentent drastiquement dans les années suivantes (ex : un emprunt à 5 millions le jour-même coûtera 60 millions d'euros sur les dix ans à venir). Le Point estime que la manipulation est motivée par des raisons politiques[5].

Loi Travail Modifier

Analyses de l'évolution de sa politique Modifier

Mariage « pour tous » Modifier

Place dans la politique européenne Modifier

En juillet 2015, il plaide en faveur d'un gouvernement de la zone euromais sans l'obtenir après des instances de Bruxelles ou de la chancellerie allemande[6].

Les médias allemands révèlent que les services secrets de leurs pays ont espionné, parfois pour le compte des Américains, la France ou les institutions européennes. L'actuel et les anciens présidents français, le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius ou des entreprises stratégiques comme Airbus sont visées. Pourtant, elles ne provoquent ni commentaire ni réaction côté français, contrairement à l'Allemagne où elle font l'objet d'un vrai traitement[7].

Au moment de la crise ukrainienne, les États-Unis et l'Union européenne décident des sanctions économiques à l'encontre de la Russie, considérée comme responsable de la déstabilisation de la région. Cependant, les Américains reprennent les parts des marchés des Européens et augmentent ainsi leurs exportations. Nicolas Dupont-Aignan, qui en a parlé avec François Hollande, s'est vu répondre : "Oui, les Américains décident et nous, nous payons"[8].

Le 4 janvier 2016 est déposé un projet de loi visant à la réintégration totale et complète de la France dans les instances de l'OTAN. Si un tel projet était adopté, il marquerait la fin de la doctrine gaulliste d'indépendance de la France. Il fait suite au rapprochement atlantiste déjà opéré par ses deux prédécesseurs[9].

Polémiques et popularité Modifier

Caricature norvégienne Hollande.JPG

Sur un plan personnel, le président de la République est mis à mal par une impopularité inégalée sous la Cinquième République et une mauvaise image publique (jusqu'à 13% d'opinions favorables en septembre 2014 et mai 2016 et un record de 11% en juin 2016 puis 4% en octobre 2016[10][11][12][13]).

Attentats terroristes Modifier

Attentats de Charlie-Hebdo Modifier

Entre le 7 et 9 janvier 2015, la France connait sur son sol une série d'attaques terroristes, parfois à caractère antisémite, par des djihadistes. Le 7, c'est le journal Charlie Hebdo qui est ciblé pour avoir blasphémé le prophète Mahomet, ce qui est contraire à la liberté d'expression. Le soir-même, François Hollande prend la parole en direct à la télévision et annonce que les trois jours suivants sont décrétés journées de deuil national. Le 9, alors que les trois auteurs de ces attaques, ont été tués et les otages encore en vie au moment de l'opération libérés, François Hollande prend une deuxième fois la parole pour saluer le travail accomplit par les forces de l'ordre. Le 11 janvier, des "marches républicaines" sont organisées partout à travers la France, et deviennent le plus grand rassemblement de l'Histoire de France avec quatre millions de personnes dont un million à Paris. François Hollande défile avec une cinquantaine de chefs d'État étrangers, venus d'Europe, d'Afrique et du Moyen-Orient. Dans la semaine qui suit, il récupère vingt-et-un point d'opinion favorable dans les sondages, ce qui est unique dans l'histoire sondagière, tandis que les observateurs politiques considèrent qu'il a enfilé le costume de Père de la Nation. Il tient une conférence de presse le 5 février, lors de laquelle il annonce des mesures et notamment un service civique volontaire[14].

Attentats de Paris en novembre 2015 Modifier

Tournant « sécuritaire » Modifier

La déchéance de la nationalité pour les terroristes nés en France est contestée dans la majorité de gauche qui la perçoit comme une mesure de droite voire d'extrême droite. Il s'agirait selon eux de créer deux catégories de citoyens. La ministre de la Justice Christiane Taubira crée la polémique en annonçant à un média algérien que le projet de loi ne retient pas la déchéance, corroborant ainsi certaines déclarations du Premier ministre à la presse en privé. L'exportation à l'étranger du débat et des divisions intérieurs, qui renonce à un engagement prit solennellement devant le congrès, est en particulier mal perçu. Alors que l'opposition dénonce l'imbroglio, François Hollande maintient finalement cette disposition. La presse de gauche se montre critique, certains y voient un "cadeau idéologique fait au Front national", et retient la Une du journal communiste italien Il Manifesto qui titre "François Le Pen". Le Monde exhume la presse étrangère opposée à la déchéance. Pourtant, une enquête d'opinion révèle que les Français y sont très majoritairement favorables, y compris chez les sympathisants socialistes[15][16][17][18].

Interventions militaires Modifier

En matière de politique extérieure, il engage l'opération Serval au Mali et l'opération Sanguaris en Centrafrique en 2013, puis fait participer la France à la coalition alliée en Irak en 2014. Il était partisan d'une intervention en Syrie contre l'avis des Français mais le refus américain met fin à la rumeur. Il joue également un rôle diplomatique dans la crise ukrainienne (ex : sommet de Minsk), mais refuse de livrer les navires Mistral à la Russie. Il obtient aussi la libération de nombreux otages. Plusieurs pays (Égypte, Inde, Qatar) achètent des Rafales, une première pour la France. Son rôle en Europe est plus discuté, notamment concernant l'affaiblissement de l'amitié franco-allemande en début de mandat, mais aussi les nombreuses demandes de Bruxelles en matière économique. Sa présidence est aussi marquée par plusieurs rencontres internationales en France, comme le 40e anniversaire du D-Day en 2014, la marche républicaine du 11 janvier 2015 aux côtés d'une cinquantaine de chefs d'État étrangers, et la conférence climat de 2015 qui réunit tous les dirigeants de la planète[19].

Intervention au Mali Modifier

Intervention en Centrafrique Modifier

Intervention au Sahel Modifier

Intervention contre l’État islamique Modifier

Impopularité et retrait Modifier

François Hollande est accusé par diverses personnes (Jean-Luc Mélenchon, Nicolas Sarkozy, Éric Zemmour,...) de favoriser la montée du Front national, lequel permet de faire élire le candidat opposé dans une majorité de cas. Le président aurait considéré qu'il s'agissait de son unique chance, en dehors d'une hypothétique amélioration de l'économie, d'atteindre et de remporter un second tour peu certain en 2017. Selon Éric Zemmour, il aurait prit acte des défaites cuisantes de son parti, ne considérant plus les victoires intermédiaires comme nécessaires, et miserait entièrement sur la présidentielle. Les sondages démontrent qu'il n'est en mesure de l'emporter que face à Marine Le Pen, et encore ces indices n'apparaissent qu'après les attentats de janvier 2015 et ne donnent qu'un faible score pour le président sortant, inférieur à 55%, loin derrière les 82% de Jacques Chirac en 2002 face à Jean-Marie Le Pen. Concernant l'UMP, il parierait sur l'éclatement du parti dans ses primaires de 2016. Enfin, il espère faire l'union de la gauche dès le premier tour de la présidentielle, en favorisant le retour des écologistes dans son gouvernement en 2015.

L'Express révèle en octobre 2015 l'existence d'une cellule secrète à l'Élysée qui préparerait la candidature du président sortant[20].

Fin 2016, son impopularité stagne autour des 10% et sa position dans les sondages n'excède pas les 10% non plus. Le New York Times parle d'un "mort-vivant". Un sondage indique que seuls 4% de Français sont satisfaits de sa présidence. Fin novembre, le Premier ministre Manuel Valls fait savoir publiquement qu'il est disposé à se présenter à l'élection présidentielle de 2017. Un dîner a lieu quelques jours après à l'Élysée. Par ailleurs, l'éviction de Nicolas Sarkozy dès le premier tour de la primaire des Républicains une semaine plus tôt a rappelé le rejet des personnalités politiques ayant déjà un passé par les Français. Consultant beaucoup, François Hollande est déconseillé de se lancer par sa famille. Celle-ci et le secrétaire général de l'Élysée Jean-Pierre Jouyet sont les seuls informés de la décision finale à la veille de l'annonce. Le 1er décembre, devant 14,5 millions de téléspectateurs, il fait savoir qu'il ne briguera pas de deuxième mandat en mettant en garde contre les programmes de François Fillon et de Marine Le Pen. 94% des Français approuvent cette décision selon un sondage Ifop pour Le journal du dimanche[21]. Ce choix ouvre la voie à Manuel Valls pour la primaire.

A trois semaines de l'élection, il change pour plusieurs années les ambassadeurs français des principales capitales mondiales (Berlin, Washington, Moscou, Pékin, Tokyo,...), contrairement à l'usage qui voudrait qu'il laisse une liste à son successeur[22].

Positionnement politique Modifier

Anecdotes Modifier

  • François Hollande est le septième chef d'État le mieux payé au monde, avec un salaire de 179 000 euros annuel selon CNN et Datawrapper[23].
  • François Hollande percevra 36 000 euros par mois à sa retraite : il s'est en effet mis en disponibilité de la cour des comptes, c'est-à-dire qu'il continue à cotiser tout en travaillant ailleurs. Depuis 1982, sa pension augmente de 5 000 euros chaque mois. Depuis une loi sur la transparence de la vie publique, cette pratique est devenue illégale excepté pour le président de la République. Il y a aussi les 6 000 euros de la présidence de la République et les 6 000 euros grâce à ses mandats de députés. C'est plus que ses prédécesseurs Jacques Chirac (31 000 euros) et Valéry Giscard d’Estaing (30 000 euros)[24].
  • Devenu président de la République, François Hollande cesse d'être adhérent au Parti socialiste, ne renouvellant pas sa cotisation[25]
  • François Hollande atteint le million d'abonnés à son comte Twitter le 13 juin 2015[26].
  • Le ministère de l'Économie estime que le coup budgétaire de l'Élysée à diminué de 17,2 millions sous sa présidence entre 2012 et 2014[27].
  • En mai 2015, il fait une tournée aux Antilles du 8 au 12 et devient le premier chef d'État occidental à mettre les pieds à Cuba depuis le dégel des relations de l'île avec les États-Unis, le premier président français et le premier européen depuis l'Espagnol Felipe González en 1986. Il y rencontre Raul Castro et Fidel Castro[28][29][30][31].
  • Il est le président de la Cinquième République qui a remis le plus de décorations avec 273 Légions d'honneur et 84 médailles de l'ordre national du Mérite au 8 juin 2016.

Décorations Modifier

  • 2015 : Docteur honoris causa de l'université d’Athènes (Grèce)[32]
  • 2016 : il est lauréat du prix "homme d'État mondial" par l'influente fondation new-yorkaise The Appeal of Conscience qui loue "son leadership dans la sauvegarde de la démocratie et de la liberté dans un moment d'attaques terroristes et pour sa contribution à la stabilité et la sécurité mondiales"[33].

Citations ... Modifier

... de François Hollande Modifier

"Je suis avec ma copine Bernadette dans une grande manifestation dans son canton. Je lui ai fait un numéro de charme. Mais tu ne dois pas t'inquiéter. Dans son discours, elle a fait un lapsus formidable. Rire général, même chez les sans-dents."

- SMS de François Hollande datant du 31 mai 2005 envoyé à Valérie Trierweiler qui le rapporte sur son compte Twitter le 12 octobre 2016[34][35].

"Je ne pense pas que ce soit un président en fin de mandat qui puisse trouver des solutions aux problèmes qu'il a créés depuis 5 ans."

- François Hollande, le 15 janvier 2012[36].

"En fin de mandat, l'impopularité ne révèle pas le courage. L'impopularité révèle la défiance des Français envers ceux qui les dirigent."

- François Hollande, le 30 janvier 2012[37].

"Le seul droit que nous avons, c'est le droit de manifester autant que nécessaire."

- François Hollande à Lyon le 1er mars 2012[38].

"Je vous appelle à donner un jugement sévère sur le quinquennat qui s’achève!"

- François Hollande le 15 avril 2012 à Vincennes[39].

"Je respecte les syndicats. Attaquer les syndicats, c'est en définitive attaquer les travailleurs!"

- François Hollande à Lille le 17 avril 2012[40].

"Je le plains, le candidat-sortant. Je me déplace partout, je peux aller vers vous, c'est un grand bonheur. Lui, ça parait plus difficile"

- François Hollande le 23 avril 2012[41].

"Le premier devoir d'un Président est de régler les problèmes et pas d'en créer d'autres."

- François Hollande à Bercy le 29 avril 2012[42].

"La loi sur la burqa, si je deviens président de la République, sera strictement appliquée."

- François Hollande le 2 mai 2012[43].

"Je suis fier d'avoir été capable de relever l'espoir !"

- François Hollande le 6 mai 2012[44].

... sur François Hollande Modifier

"Ce ne sont pas les mémoires de guerre du général de Gaulle, ce sont les mémoires du sapeur Camember. On chute une fois de plus dans le comique troupier. Il a quand-même fait plusieurs livres ; on a l'impression qu'il a un besoin psychanalytique de se confier. Il a un problème d'inconscient. Il faut qu'il parle parce qu'il a l'impression qu'en parlant, qu'en se racontant, il reconstruit la réalité. C'est un véritable phénomène psychanalytique. C'est un homme qui n'aura pas eu de prise sur la réalité et qui croit qu'en parlant, se confiant, en s'imprimant, il exerce un travail sur la réalité, ce qui n'est pas vrai. C'est quelque chose de fantasmatique. Et quand il parle de lui en disant qu'il est "le spectre de l'Élysée", c'est très significatif. Il est sépulcral"

- Gilbert Collard réagit à la publication d'Un président ne devrait pas dire ça, le 12 octobre 2016[45].

"L’image qui ressort de la lecture de ce pavé insignifiant de 661 pages n’est pas celle du courage, c’est celle de la stupidité. On a dit de Sarkozy qu’il avait désacralisé la fonction présidentielle, qu’il l’avait vulgarisée avec sa gesticulation permanente et son exhibitionnisme berlusconien. Hollande, un homme honnête et personnellement sympathique, a continué ce travail de désacralisation en ajoutant la banalité de son inconsistance au discrédit institutionnel."

- Réaction à la publication d'Un président ne devrait pas dire ça dans l'article "Hollande, le président désacralisé", La Vanguardia, 14 octobre 2016[46].

"A la solitude du chef de l’État, François Hollande ajoutait la sienne propre, celle de l’homme. Bien souvent, [...] c’est seul que je le voyais attablé devant le journal télévisé d’une chaîne d’info en continu ou un match de football, [...] spectacle affligeant que celui de ces mets fins [...] réservés à un seul convive. Celui-là qui n’a personne avec qui partager son repas peut bien être président, il n’est qu’un malheureux."

- Aquilino Morelle, L'abdication, 2016[47].

Bibliographie Modifier

Témoignages Modifier

  • Valérie Trierweiler, Merci pour ce moment, Les Arènes, 2014
  • Aquilino Morelle, L'abdication, Grasset, 2016

Livres des confidences Modifier

  • Karim Rissouli et Antonin André, Conversations privées avec le président, Albin Michel, 2016
  • Elsa Freyssenet, "Ca n'a aucun sens", Plon, 2016
  • Gérard Davet et Fabrice Lhomme, "Un président ne devrait pas dire ça", Stock, 2016

Références Modifier

  1. Chômage, impôts, climat, Syrie… le bilan de François Hollande
  2. Le gouvernement parie sur la reprise, les petits patrons restent prudents
  3. Hollande : l'euro est à sa «bonne parité»
  4. Depuis la victoire de Hollande, le chômage a augmenté de 21%
  5. [Echobox Le tour de passe-passe de Hollande pour maquiller la dette]
  6. Hollande propose un "gouvernement de la zone euro"
  7. Le renseignement allemand a espionné Laurent Fabius
  8. Nicolas Dupont-Aignan invité de "Zemmour et Naulleau" sur Paris Première (à partir de 11min45).
  9. Le Pentagone abat ses cartes sur son objectif pour l’Europe : empêcher le rapprochement entre Europe et Russie à tout prix
  10. Sondage: Hollande à 13%, Valls à 30%
  11. François Hollande à son plus bas niveau historique
  12. Pluie de mauvais sondages pour le tandem Hollande-Valls
  13. Popularité : à 4% de bonnes opinions, Hollande touche le fond
  14. Hollande: "L'esprit de janvier 2015, je dois le prolonger"
  15. Les hésitations de l'exécutif sur la déchéance de nationalité
  16. Un quotidien italien fait sa "une" sur "François Le Pen"
  17. La presse internationale critique l’extension de la déchéance de nationalité
  18. SONDAGE BFMTV - 86% des Français sont favorables à la déchéance de nationalité
  19. Hollande : trois ans de politique internationale marquée par plusieurs guerres
  20. A l'Elysée, une cellule secrète prépare la présidentielle de 2017
  21. Renoncement de Hollande: 94% des Français approuvent sa décision
  22. Hollande veut installer de nouveaux ambassadeurs avant son départ
  23. Qui sont les chefs d'Etat les mieux payés?
  24. François Hollande : sa retraite de 36.000 euros par mois est supérieure à celle de Jacques Chirac
  25. Congrès : François Hollande, qui n'a plus sa carte au PS, ne votera pas
  26. François Hollande atteint le million d'abonnés sur Twitter
  27. De combien Hollande a réduit les dépenses à l'Elysée
  28. Cuba: Hollande veut doubler le nombre de bourses offertes à des étudiants cubains en France
  29. Harold à la carte: Visite de François Hollande à Cuba: quels sont les enjeux de ce déplacement historique ?
  30. Hollande à Haïti pour s'acquitter de la "dette morale" de la France
  31. Cuba: malgré son retrait de la vie politique, Fidel Castro garde un œil sur son pays
  32. François Hollande devient docteur honoris causa par l’université d’Athènes
  33. François Hollande désigné "Homme d’État mondial" 2016 par une fondation new-yorkaise
  34. 2- t'inquiéter. Dans son discours, elle a fait un lapsus formidable. Rire général, même chez les sans-dents" F. Hollande. 31/05/2005. 12h39
  35. 1- "Je suis avec ma copine Bernadette dans une grande manifestation dans son canton. Je lui ai fait un numéro de charme. Mais tu ne dois pas
  36. François Hollande sur Twitter
  37. François Hollande sur Twitter
  38. Le seul droit que nous avons, c'est le droit de manifester autant que nécessaire
  39. Je vous appelle à donner un jugement sévère sur le quinquennat qui s’achève!
  40. Je respecte les syndicats. Attaquer les syndicats, c'est en définitive attaquer les travailleurs!
  41. Le parti du Président, qui plaignait son prédécesseur de ne pouvoir se déplacer partout, annule son université d'été
  42. Le premier devoir d'un Président est de régler les problèmes et pas d'en créer d'autres
  43. Twitte François Hollande
  44. Je suis fier d'avoir été capable de relever l'espoir !
  45. Gilbert Collard qualifie le livre sur François Hollande "de mémoires du sapeur Camember"
  46. Comment se suicider en 700 pages, par François Hollande
  47. La solitude de François Hollande à l’Élysée mise en lumière par Aquilino Morelle

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard