FANDOM


Turenne.JPG

Les plus éloquents contemporains de Turenne ont écrit ses éloges, et Montecucculi lui-même s’exclame « Il est mort aujourd’hui un homme qui faisait honneur à l’homme ». Son corps, emmené à St Denis, est enterrés avec les rois de France. Même les révolutionnaires extrémistes de 1793 respectent sa dépouille et, alors qu’ils rentèrent les crops des rois dans un tombeau massif, ils préservent les restes de Turenne au Jardin des Plantes jusqu’au 22 septembre 1800, quand Napoléon les fait déterrer pour les entreposer aux Invalides où ils se trouvent toujours.

Napoléon recommande à ses soldats de « lire et relire » les campagnes de Turenne, l’un des plus grands capitaines. Sa notoriété de général l’emporte sur celles de tout autre en Europe à cette période où la populace étudie la guerre de manière plus critique qu’auparavant, car son caractère incarne l’art de la guerre de l’époque (Prince de Ligne). La caution stratégique et la précision logistique, combinées à un tiret brillant dans les petits combats et à un maintien dans toutes les circonstances – de succès ou d’échec – émergent peut-être comme un point saillant du génie de Turenne pour la guerre. Il évite les grandes batailles. « Faire peu de siège et donner beaucoup de combats » devient sa maxime. Et à la différence de son grand rival, Condé, qui apparait brillant dans sa première bataille comme dans sa dernière, Turenne s’améliore de jour en jour. Napoléon dit de lui que son génie s’est enhardit à mesure qu’il vieillissait, et un autre auteur, le duc d’Aumale (Histoire des princes de la maison de Condé), s’inscrit dans ce même point de vue en écrivant : « Pour le connaître il faut le suivre jusqu'à Sulzbach. Chez lui chaque jour marque un progrès ».

Dans son caractère personnel, Turenne montre un peu plus que le soldat simple et honorable qu’il est, doté d’un grand tact. Mais dans les mondes de la politique et de l’intellect, il semble perdu dans les mains d’un intriguant doué. Sa morale, si elle n’est pas sans reproche, est plus austère que celle qui prévaut à son âge à son époque. Il est généralement commandant dans les armées régulières. Il passe son temps avec les troupes et sait comment gagner leur affection, parvenant à imposer une discipline ferme mais d'une rare générosité. Il été ainsi apprécié comme camarade et admiré comme commandant par ses hommes. Si le génie de Condé apparaît être bien plus versatile, celui de Turenne représente l'art de la guerre au XVIIe siècle. Pour les armées régulières petites, coûteuses et hautement entraînées, ainsi que pour l'art de guerre dynastique à l'époque de Louis XIV, Turenne a fonctionné comme le chef militaire idéal.

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard