FANDOM


L’opération Sangaris est une expédition militaire française en Centrafrique lancée le 5 décembre 2013 par le président de la République François Hollande.

Situation Modifier

La Centrafrique, pays de 5 millions d'habitants, dont 80% de Chrétiens et 15% de musulmans, est plongé dans la guerre civile. La Séléka, une rébellion à dominante musulmane, sème le chaos, en pillant et massacrant les chrétiens. En face, les anti-balakas, des miliciens majoritairement chrétiens, se vengent sur la minorité musulmane. Les violences et exactions font des milliers de morts et 800 000 déplacés et réfugiés[1].

Intervention Modifier

L'intervention française sous mandat de l’ONU vise à rétablir la sécurité dans ce pays.

Conséquences Modifier

Un an plus tard, en décembre 2014, trois forces internationales sont présentes en Centrafrique: Sangaris, Minusca (ONU) et Eufor-RCA (Union européenne). 2 000 soldats français sont toujours déployés. Ils devraient être réduits à 1 500 jusqu'à l'été 2015, le ministre français Jean-Yves Le Drian craignant "un risque de vide sécuritaire"[2]. L'armée française devrait passer le relais à 11 000 hommes de l'ONU, mais aucune date de retrait n'est fixée.

Si les tueries cessent dans la capitale Bangui, la criminalité reste très élevée du fait de la profusion des armes et de la misère. Les troupes françaises ont détruit plus de 2 000 armes entre le début de l'opération et décembre 2015. Ces armes doivent être détruites, c'est-à-dire coupées au chalumeaux ou à la meleuse. Le calme est fragile et les incidents réguliers. Les anti-balakas, miliciens en majorité chrétiens, restent actifs. Fondus dans la population, beaucoup basculent dans la délinquance, agressent et rackettent la population. Le pays est divisé entre les anti-balakas à l'ouest, les rebelles de la Séléka toujours actifs à l’est[3]. L'Etat est toujours à reconstruire.

Face à certaines scènes, comme des décapitations d'hommes, des mutilations d'une personne par une foule, ou bien des enfants armés de kalachnikovs, 12% des soldats rentrent avec des traumatismes psychiques nommés "syndrome de stress post-traumatique" que les services médicaux et psychologiques ne peuvent pas forcément surmonter. Les symptômes sont des cauchemars, des violences et l'impossibilité de de réadapter à la vie quotidienne[4].

Références Modifier

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard