FANDOM


Mélenchon
Jean-Luc Mélenchon
Informations biographiques
Naissance

19 août 1951
Tanger (Maroc)

Décès

-

Nationalité

Française

Parti politique

OCI (1972-1976)
PS (1976-2008)
PG (2008-...)

Conjoint(e)

Pascale Le Néouannic
?

Enfants

Maryline

Diplôme

Université de Franche-Comté

Profession

Professeur
Journaliste

Religion
Résidence

Yvetot (Jura)


Jean-Luc Mélenchon (19 août 1951 - ...) est un homme politique français.

Enseignant et journaliste de profession, Jean-Luc Mélenchon s'engage dans l'Organisation communiste internationale (OCI) en 1972 puis rejoint le Parti socialiste (PS) en 1976. Il est élu conseiller général de l'Essonne de 1985 à 1992 puis de 1998 à 2004 et sénateur du département de 1986 à 2000 puis de 2004 à 2010. Il est ministre délégué à l'Enseignement professionnel auprès de Jack Lang à l'Éducation nationale dans le gouvernement de Lionel Jospin entre 2000 et 2002.

En 2009, il quitte le Parti socialiste et fonde le Parti de Gauche (PG) avant d'être élu député européen la même année. Il se présente à l'élection présidentielle de 2012 et se place quatrième en recueillant 11,10% des voix. Il échoue ensuite à se faire élire à l'Assemblée nationale en 2012 et est reconduit au Parlement européen en 2014. Il se classe à nouveau quatrième à l'élection présidentielle en 2017 avec cependant un score de 19,58%.

Jeunes années Modifier

Famille, études et jeunesse Modifier

Engagement syndical Modifier

Vie privée Modifier

Invité du Divan sur France 3, Jean-Luc Mélenchon révèle avoir des problèmes de surdité[1].

En 2017, il déclare un patrimoine avoisinant le million d'euros, 965 488 euros, faisant de lui le troisième candidat le plus riche après Nicolas Dupont-Aignan et François Asselineau.

Carrière politique Modifier

Premiers engagements politiques Modifier

Encore jeune syndicaliste à l'engagement passionné, il est envoyé pour perturber un meeting de François Mitterrand à Besançon en 1972 mais le thème abordé par le nouveau chef des socialistes, le bonheur, dans une réunion politique, désarme Jean-Luc Mélenchon qui se souvient ensuite que "[son] blindage doctrinaire a été percé" à l'occasion de cette première rencontre[2].

Militantisme socialiste Modifier

Figure du Parti socialiste Modifier

Fondation du Parti de Gauche Modifier

Candidature présidentielle de 2012 Modifier

Opposition de gauche à François Hollande Modifier

Candidature présidentielle de 2017 Modifier

Positionnement politique Modifier

Institutions Modifier

Économie Modifier

Jean-Luc Mélenchon défend le retour de la retraite à 60 ans avec des cotisations sur quarante années et le maintien du temps de travail à 35 heures par semaines avec un SMIC revalorisé de 16% (1 326 euros par mois). Il s'oppose à la loi El Khomri et au revenu universel, qu'il considère comme anti-sociaux. Les banques d'affaires et les banques de dépôt doivent être séparées, un protectionnisme commerciale doit être instauré aux frontières françaises et les privatisations doivent être annulées[3].

S'agissant de la santé, il est partisan d'un renforcement du paiement au forfait et d'un retour à la tarification à l'acte. Il souhaite que la Sécurité sociale rembourse l'intégralité des dépenses de santé et appelle à rebâtir le service hospitalier français[4].

Union européenne Modifier

Opposé au libéralisme économique de l'Union européenne, il refuse les règles européennes d'équilibre budgétaire et le pacte de stabilité, ainsi que la directive des travailleurs détachés. L'euro doit être dévalué et la parité avec le dollar respectée. Il s'oppose aux traités de libre-échange (CETA, TAFTA,...). Il veut sortir du FMI et de la Banque mondiale, préférant la fondation d'un Fonds d'urgence sociale et d'une Banque solidaire d'investissement[5].

Défense Modifier

Affaires étrangères Modifier

Immigration Modifier

Société Modifier

Écologie Modifier

Jean-Luc Mélenchon a mué vers l'écologie après avoir été productiviste par son passé néo-communiste. Il défend donc la planification écologique et la sortie du nucléaire, avec fermeture de la centrale de Fessenheim et abandon des projets EPR de Flamanville et d'Hinkley Point. La transition énergétique serait financée par les 41 milliards d'euros du pacte de responsabilité et du CIC et 100 milliards d'euros serait investis pour des investissements écologiques et sociaux[6].

Controverses Modifier

Rapport aux médias Modifier

Accusations de populisme Modifier

Présence au Parlement européen Modifier

Démêlés judiciaires Modifier

Le 12 mars 2015, Jean-Luc Mélenchon obtient la condamnation pour "diffamation" de Nathalie Kosciusko-Morizet, d'Alain Juppé et de Jean-François Copé, à une amende de 1 000 euros avec sursis pour avoir l'avoir accusé d'entretenir des liens avec le compositeur grec antisémite Mikis Theodorakis lors des élections législatives de 2012. Tous les trois annoncent faire appel[7].

Carrière politique Modifier

Mandats locaux Modifier

  • 1983 - 2001 : conseiller municipal de Massy
  • 1989 - 1995 : adjoint au maire de Massy
  • 1985 - 1992 : conseiller général de l'Essonne
  • 1998 - 2004 : conseiller général de l'Essonne
  • 1998 - 2000 : vice-président du conseil général de l'Essonne

Mandats parlementaires Modifier

Fonctions gouvernementales Modifier

Citations Modifier

"Moi, je n'ai pas de modèle, la France est trop grande pour ça ! Mais j'ai des partenaires. Je discuterai avec le diable s'il le faut pour mon pays. Ça a toujours été la politique gaulliste et mitterrandienne : on ne discute pas avec des régimes, mais avec des pays. Peu nous chaut qui les dirige."

- Interview de Jean-Luc Mélenchon par Le Parisien du 16 avril 2017[8].

Articles Modifier

Références Modifier

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard