FANDOM


Louis II de Germanie
Louis II de Germanie
Informations biographiques
Naissance

Vers 806

Décès

28 août 876

Nationalité

Franc

Parti politique

-

Conjoint(e)

Emma de Bavière

Enfants

Hildegarde
Carloman de Bavière
Ermengarde
Gisèle
Louis le Jeune
Berthe
Charles III le Gros

Diplôme

-

Profession

-

Religion

Catholicisme

Résidence


Louis II de Germanie, né vers 806 et mort le 28 août 876, est un monarque franc. Il est roi de Germanie du 11 août 843 à sa mort.

Avant le règne Modifier

Louis est né en 806. Il est le troisième fils du roi des Francs Louis Ier dit le Pieux et de son épouse Irmingarde, fille du comte de Hesbaye, après Lothaire né en 795 et Pépin né en 797. Il est ainsi le petit-fils de Charlemagne.

Louis Ier envisage sa succession peut de temps après avoir hérité du trône. Il en pose les bases dans un Ordinatio Imperii en 817 : Lothaire, l’aîné, est associé au trône et couronné par son père, tandis que Pépin devient roi en Aquitaine et Louis en Bavière. Leurs fils hériteront à leurs décès, mais Lothaire héritera s’il n’y a pas de descendance.

Crise de succession Modifier

A la mort de Louis Ier, Lothaire revendique l’entièreté de l’empire et la vassalité des princes, avec comme soutien notable celui de Pépin II d’Aquitaine qui s’oppose à Charles II le Chauve, mais aussi ceux de la majeure partie des aristocrates qui trahissent ainsi Charles. Ce dernier, âgé de 17 ans, quitte l’Aquitaine pour prendre possession de la Neustrie, mais n’a d’autre choix que de s’allier à Louis de Bavière, lui aussi isolé. Ils se retrouvent près d’Auxerre au printemps 841. Le 25 juin de cette année, dans le même lieu, les armées des deux frères affrontent à Fontenay-en-Puisaye celles de Charles le Chauve et de Pépin II d’Aquitaine. Il s’agit d’une des plus importantes batailles de l’ère carolingienne, une des plus meurtrières également avec plusieurs milliers de personnes ayant péries. Elle voit la défaite de Lothaire qui fuit à Aix-la-Chapelle et le ralliement de quelques soutiens à Charles et Louis. Le 14 avril 842 à Strasbourg, les deux vainqueurs confirment solennellement leur alliance par un serment prêté devant leurs fidèles.

Ils prennent Aix-la-Chapelle et démettent Lothaire, mais ils conviennent finalement un découpage à trois, à l’exception de trois régions : la Bavière qui reste à Louis, la Lombardie à Lothaire, et l’Aquitaine à Charles puisque Lothaire a abandonné Pépin II. Cependant, les négociations durent, les réunions se poursuivent, car les partages équitables sont difficiles à établir. Dans le même temps, on apprend la mort de Judith, la prise de Nantes par les Normands et la défaite du comte Renaud face aux Bretons de Nominoé. Charles, qui a consolidé ses positions par son mariage avec Ermentrude d’Orléans, cherche à s’émanciper des problèmes directs en réglant définitivement la question du partage. Une réunion des trois frères à Dugny, près de Verdun, a lieu en août 843. Lothaire reçoit un territoire s’étirant de la mer du Nord au Bénévent, Charles obtient la partie à l’ouest et Louis la partie à l’est. Le découpage a été guidé par la nécessité pour les rois de contenter leurs vassaux respectifs. Le traité de Verdun est considéré comme le premier grand traité européen dont les conséquences furent durables. Il achève en effet les espoirs d’un empire unitaire carolingien.

Désormais, les rois membres d’une même famille mettent en place une forme de confraternité lors d’une réunion à Yütz en octobre 844. Face aux ennemis de l’Europe, ils se retrouvent une première fois à Meersen en 847 pour une réunion inutile, pour une deuxième fois sur le même lieu en 851. Charles et Lothaire s’entendent quelque peu sur le dos d’un Louis isolé, alors le roi germanique tente de rétablir l’équilibre mais n’y parvient qu’avec la mort de Lothaire le 29 septembre 855. Le défunt roi avait prévu sa succession de telle sorte que ses deux fils règnent, Louis II sur l’Italie, Lothaire sur la future Lotharingie, tandis que Charles hérite de la Provence et de la Bourgogne. Il y a donc cinq royaumes avec deux générations différentes, la nouvelle n’ayant pas l’esprit de confraternité. La situation évolue lorsque Louis le Germanique envahie le royaume de Charles le Chauve, récupérant des soutiens, mais il se replie face aux contraintes religieuses. Il lui faut obtenir le pardon, l’affaire se solde à Coblence où chacun des rois prête serment pour reconnaître le traité de Meersen de 851, s’engageant à ce que chacun applique son droit dans son royaume. Ainsi, l’unité chrétienne est t’elle rétablie[1].

Roi de Germanie Modifier

Louis II règne sur un territoire très disparate, peu peuplée et pratiquement dépourvue de grandes villes. Cependant, il réussit globalement à faire respecter son autorité.

Il lui faut lutter contre les Normands sur la basse Wesser.

Il est confronté aux Slaves au-delà de l’Elbe, en particulier ceux de la Moravie où ils se réunissent derrière le duc Mojmir qui bat Pribina, un seigneur morave chrétien à qui Louis avait concédé une partie de la Pannonie. En 846, Louis parvient à remplacer Mojmir par son neveu, Ratislav, un chrétien. Cependant, ce dernier, qui supporte mal d’être inféodé à Louis, se révolte en 861 et s’allie à l’empire byzantin l’année suivante. Avec la révolte de son autre fils, Carloman, Louis décide que l’empire sera partagé entre ses fils à sa mort : Carloman à la Bavière, Louis le Jeune à la Franconie, la Thuringe et la Saxe, et Charles à l’Alémanie et la future Souabe[2].

Références Modifier

  1. Pierre Riché, Les Carolingiens, une famille qui fit l'Europe, Hachette, Paris, 1997
  2. Pierre Riché, Les Carolingiens, une famille qui fit l'Europe, Hachette, Paris, 1997
~ Monarques de Germanie ~
Francie orientale:
Louis II de Germanie | Carloman de Bavière | Louis III le Jeune | Charles III le Gros | Arnulf de Carinthie | Louis IV de Germanie | Conrad Ier de Germanie
Royaume de Germanie:
Henri Ier de Germanie | Otton Ier du Saint-Empire
Saint-Empire:
Otton Ier du Saint-Empire | Otton II du Saint-Empire | Otton III du Saint-Empire | Henri II du Saint-Empire | Conrad II du Saint-Empire | Henri III du Saint-Empire | Henri IV du Saint-Empire | Henri V du Saint-Empire | Lothaire du Saint-Empire | Conrad III de Germanie | Frédéric Ier du Saint-Empire | Henri VI du Saint-Empire | Philippe de Souabe | Otton IV du Saint-Empire | Frédéric II du Saint-Empire | Conrad II du Saint-Empire | Rodolphe Ier du Saint-Empire | Adolphe de Germanie | Albert Ier du Saint-Empire | Henri VII du Saint-Empire | Louis IV du Saint-Empire | Charles IV du Saint-Empire | Venceslas du Saint-Empire | Robert du Saint-Empire | Sigismond Ier du Saint-Empire | Albert II du Saint-Empire | Frédéric III du Saint-Empire | Maximilien Ier du Saint-Empire | Charles V du Saint-Empire
Confédération du Rhin:
Napoléon Ier
Confédération germanique:
François Ier d'Autriche | Ferdinand Ier d'Autriche
Constitution de Francfort:
Frédéric-Guillaume IV de Prusse
Confédération germanique:
François-Joseph Ier d'Autriche
Confédération de l'Allemagne du Nord:
Guillaume Ier d'Allemagne
Empire allemand:
Guillaume Ier d'Allemagne | Frédéric III d'Allemagne | Guillaume II d'Allemagne

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard