FANDOM


Mai 68.JPG

"Mai 68" est le nom donné à toute une série de manifestations et de mouvement sociaux qui se déroulent en mai et juin 1968. La crise est d'abord estudiantine, puis rejointe par les milieux ouvriers, et devient ensuite une crise politique.

Idéologiquement opposé à l'autorité et au pouvoir gaulliste, le gouvernement se définit comme libertaire, anticapitaliste et antibourgeois.

Il se termine par la manifestation gaulliste du 30 mai 1968 et des accords de Grenelle. Les élections législatives de juin 1968 consacrent une très nette victoire gaulliste avec une majorité absolue en terme de siège.

Prémices Modifier

Nous n'avons pas vu arriver mai 1968. Il est vrai que cette révolte, ou cette crise, a commencé comme un feu de brousse, modestement, avant de surprendre chacun par sa violence et la rapidité de son développement. Tout était si tranquille chez nous ! Les États-Unis n'en finissaient pas de traiter les blessures morales que la guerre du Vietnam avait infligées à sa jeunesse, et le problème noir y flambait. La Grande-Bretagne, en pleine déprime, campait sur les ruines de sa puissance passée. L'Allemagne vivait le cauchemar d'une certaine résurgence du nazisme. La Belgique divisée contre elle-même était au plus fort de l'affrontement linguistique. En France, rien. L'industrialisation battait son plein, l'urbanisme aussi. Le pays s'équipait d'autoroutes et de grands ensembles. [...] Bref, le calme plat, ou presque. Et soudain, tout bascule.

- Jacques Chaban-Delmas, Mémoires pour demain, p.393-394.


Évènements Modifier

Crise étudiante Modifier

Crise ouvrière Modifier

Crise politique Modifier

Jacques Chaban-Delmas, président de l'Assemblée nationale, note que "les débats parlementaires, pendant ces jours fiévreux, furent de qualité, houleux, et curieusement désajustés"[1]. Le 22 mai, la motion de censure est repoussée par 244 voix contre 233.

Le 28 mai, François Mitterrand annonce dans une conférence de presse qu'il est prêt à occuper la fonction suprême en cas de vacances du pouvoir, et propose Pierre Mendès-France en Premier ministre.

Conséquences Modifier

Personnalités Modifier

Références Modifier

  1. Jacques Chaban-Delmas, Mémoires pour demain, Flammarion, 1998 (p.402)

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard