FANDOM


Marion Maréchal-Le Pen
Marion Maréchal-Le Pen
Informations biographiques
Naissance

Marion Jeanne Caroline Le Pen
10 décembre 1989
Saint-Germain-en-Laye, Yvelines (France)

Décès

-

Nationalité

Française

Parti politique

Front national (2008-...)

Conjoint(e)

Matthieu Decosse

Enfants

Olympe

Diplôme

Université Panthéon-Assas

Profession

-

Religion

Catholicisme

Résidence

Saint-Cloud (Hauts-de-Seine)
Carpentras (Vaucluse)


Marion Maréchal-Le Pen (10 décembre 1989 - ...) est une femme politique française.

Petite-fille de Jean-Marie Le Pen et nièce de Marine Le Pen, elle est militante du Front national depuis 2008. En 2012, elle est élue député de Vaucluse à 22 ans, devenant la plus jeune parlementaire de la France moderne. Elle est conseillère régionale de Provence-Alpes-Côte d'Azur depuis 2015.

Jeunes années Modifier

Famille, études et jeunesse Modifier

Marion Jeanne Caroline Le Pen[1] est née le 10 décembre 1989 à Saint-Germain-en-Laye d'une relation entre le journaliste Roger Auque et Yann Le Pen. Elle est donc l'un des neuf petits-enfants de Jean-Marie Le Pen et la nièce de Marine Le Pen. Cependant, la véritable identité de son père n’a été révélé publiquement qu’en 2014 par la journaliste Christine Clerc dans son livre Les Conquérantes. Cette dernière a indiqué qu’elle l’avait apprit par la bouche du patriarche dans les conversations qu’elle a eu avec lui pour son travail, et qu’il ne lui avait pas demandé de le garder secret. Elle l’a donc dévoilé sans avoir jugé utile d’en demander l’autorisation. Auparavant, son père était présenté comme étant l’ancien mari de Yann, Samuel Maréchal, chef d’entreprise et ancien cadre du FN, fils d'un pasteur évangéliste en Afrique. C'est à deux ans, lorsque ce dernier l'a reconnu, qu'elle s'est vu attribuer le nom de Maréchal[2][3][4][5].

Sœur de deux frères, Romain et Tanguy, elle est décrite comme étant « lisse comme un galet », surtout par opposition à Romain, de cinq ans son cadet. Elle commence sa scolarité dans le secteur publique. Mais le lynchage dont elle fait l’objet par d’autres élèves (qui la traitent d’antisémite, taguent son cartable, l'enferment dans les toilettes) en raison de son aïeul pousse l’institutrice à convaincre sa mère de l’intégrer dans le privé. Elle fait donc ses études à l’institution Saint-Pie-X de la paroisse de Saint-Cloud, à proximité du domicile familial, du CM2 à la cinquième. Elle décrit ce passage comme « fondamental dans [son] apprentissage ». Parmi ses camarades de classe se trouve Madeleine de Bazin de Jessey. Elle mène ensuite des études de droit, avec la vague ambition de devenir avocate, à l'université Panthéon-Assas (Paris II), dont elle se désinscrit après sa quatrième année lorsqu'elle est élue, en 2012. Elle y a alors obtenu ses examens écrits, et repoussé ses oraux à septembre. Elle en ressort avec un master 1 de droit public. Dans cet établissement, elle dit avoir suscité « plus la curiosité que l'animosité ». Son patronyme a cependant été un frein à l'enbauche, comme en 2011 lorsque son employeur l'a renvoyé sans ménagement de l'hôtel Pershing Hall où elle travaillait comme serveuse en apprenant qui elle était[6][7][8][9][10][11].

Vie privée Modifier

Elle est mariée civilement à Matthieu Decosse, chef d’entreprise dans l’événementiel à Paris de cinq ans son aîné, le 29 juillet 2014 à la mairie de Saint-Cloud, et donne naissance à une fille, Olympe, le 3 septembre suivant. Le même mois, le maire FN de Cogolin rebaptise la salle des mariages de sa commune au nom du nouveau-né. La presse à sensation annonce leur divorce le 23 juin 2016 mais il ne s'agit pour l'heure que d'une séparation. Le 4 août suivant, Closer publie des photos de Marion Maréchal-Le Pen en couple avec Jérôme Cochet, 24 ans, responsable FN à Grasse et chargé de communication de David Rachline, qui a recueillit 40% des voix dans la 2e circonscription des Alpes-Maritimes aux élections législatives de 2017[12][13][14][15][16][17].

Elle a porté plainte à trois reprises pour « atteinte à la vie privée » : une première fois en novembre 2013 contre L’Express qui a révélé l’identité de son véritable père, une deuxième fois en avril 2014 contre Minute qui a annoncé sa grossesse et une troisième fois en juin 2016 contre Closer qui a révélé sa séparation. Elle fait condamner le premier le 15 avril 2015 à verser 10 000 euros de dommages et intérêts et 3 000 euros de frais de justice[18][19].

Carrière politique Modifier

Débuts en politique Modifier

En 1992, âgée de trois ans, elle pose sur les genoux de son grand-père pour une affiche au moment des élections régionales[20].

Son intérêt pour la politique commence à l’âge de ses 16 ans, lorsqu’elle suit la campagne présidentielle de son grand-père en 2007. Elle est également attirée par « le personnage Sarkozy » et fréquente alors des milieux de jeunes UMP[21][22].

Se décrivant elle-même comme une déçue du sarkozysme, elle rejoint le Front national et participe aux élections municipales de 2008 à Saint-Cloud, où elle figure en septième position sur la liste d’Alexandra Trémorin. Ils ne recueillent que 6,3% des voix, ne décrochant qu’un seul siège. Elle s'investit également dans la vie militante, notamment en collant des affiches pour les candidats comme David Rachline dans le Var[23][24].

A 19 ans, elle est de nouveau candidate lors des régionales de 2010 en Île-de-France, en deuxième position dans les Yvelines sur la liste conduite par Marie-Christine Arnautu. A ce moment-là, elle se dit « très proche » de Marine Le Pen. Une caméra immortalise le moment où elle cède aux pleurs face à la question d’un journaliste à laquelle elle ne sait répondre. Le soir du premier tour, le FN ne recueille que 9,29%, ce qui constitue un score insuffisant pour une qualification au second tour[25][26].

Élection législative de 2012 Modifier

Marion Maréchal choisit de s’éloigner de la politique. Elle réapparaît simplement lors du traditionnel défilé du FN le 1er mai en 2011 et en 2012. Lorsque son grand-père l’approche en septembre 2011 pour qu’elle soit candidate aux législatives de 2012 dans le Vaucluse, sa première réponse est un refus. La jeune étudiante en quatrième année de droit préfère favoriser ses études. Face à l’insistance de Jean-Marie Le Pen qui dure des mois, elle se plaint auprès de sa tante puis se laisse finalement convaincre en mars 2017 quand le patriarche lui demande un devoir d'exemplarité auprès des jeunes. Jean-Marie Le Pen poursuit un second objectif : laver l’affront de la profanation du cimetière juif de Carpentras en 1990 où le FN avait été accusé à tort. C'est à ce moment-là qu'elle choisit de rajouter « Le Pen » à « Maréchal », soulignant l'honneur de porter ce nom dans l'hémicycle[27][28][29][30].

Marion Maréchal-Le Pen mène donc campagne dans la troisième circonscription de Vaucluse face au député sortant, l’UMP Jean-Michel Ferrand, lequel y est élu depuis 1988 sans discontinuer. Il s’agit d’un département où Marine Le Pen a obtenu un de ses meilleurs scores deux mois plus tôt à la présidentielle. Elle arrive en tête du premier tour avec 34,65% des voix, en ballotage avec Jean-Michel Ferrand (30,03%) et la candidate socialiste Catherine Arkilovitch (21,98%). Malgré la consigne de son parti, cette dernière refuse de se démettre en faveur du candidat UMP dans le but d’empêcher l’élection d’un élu frontiste. Des élus socialistes du département témoignent un an plus tard d'un accord conclu entre le FN et le PS, accord démenti par Marion Maréchal-Le Pen. De plus, son rival de droite commet l'erreur de sa sous-estimer[31][32]. Marion Maréchal-Le Pen l’emporte le soir du 17 juin avec 42,09% des suffrages exprimés, tandis que Jean-Michel Ferrand s’incline avec 35,82% des voix et que Catherine Arkilovitch n’améliore même pas d’un point son score initial (22,08%). Elle devient ainsi, à 22 ans, le plus jeune député de l’Histoire de la République et la benjamine de l’Assemblée nationale. Louis Antoine de Saint-Juste avait en effet 24 ans lors de son élection le 10 août 1792.

Mandat de député de Vaucluse Modifier

Elle est donc une des six secrétaire de la séance inaugurale de la XIVe législature le 26 juin au Palais Bourbon[33]. Elle est le seul élu FN à siéger à l’Assemblée nationale, puisque Gilbert Collard, élu dans le Gard voisin, figure sous étiquette Rassemblement Bleu Marine. Elle est membre de la commission des Affaires culturelles et de l’Éducation (2012-2013) puis de celle des Affaires étrangères (2013-2017) et participe aux groupes d'amitié France-Russie et France-Côte d'Ivoire. Elle devient également secrétaire départementale de Vaucluse et membre du bureau politique du FN. Son suppléant, Hervé de Lépineau, est un avocat, membre de la Ligue du Sud de Jacques Bompard[34][35][36][37][38] et son directeur de communication, qui utilise le pseudonyme de Stephen Arnaud, est un franc-maçon libéral au passé royaliste, issu de la Nouvelle droite et ancien du GRECE. Ce dernier déplaît à une partie du FN pour la grande influence qu'il aurait sur elle parce qu'il la pousserait à s'écarter de la ligne du parti, à tel point que Marine Le Pen aurait voulu l'écarter, et lui fait utiliser Janus plutôt que Riwal pour sa communication. C'est lui qui lui ouvre la porte de milieux d'entreprise libéraux. Elle est aussi proche d'Aymeric Chauprade[39].

Elle siège parmi les non-inscrits et dispose donc de pouvoirs plus limités que ses collèges dans le travail parlementaire (elle n'a d'ailleurs déposé qu'une seule proposition de loi). Elle se dit « condamnée de fait à un rôle d’opposition et de communication ». Un cordon sanitaire a été établit entre les élus FN et le reste de l'Assemblée, comme le refus de les laisser cosigner des propositions de loi avec eux (exception faite pour Marion Maréchal-Le Pen au sujet de la reconnaissance du génocide vendéen avec l'UMP Lionel Lucas) ou d'accepter les fonds de sa réserve parlementaire qu'elle reverse donc aux mairies FN, mais plusieurs élus reconnaissent son travail et son sérieux. Elle est aussi remarquée pour sa personnalité vive, pour son apprentissage rapide des codes et de sa fonction, pour son inflexibilité idéologique et pour sa singularité comme personnage. Elle se montre plus assidue dans ses prises de paroles dans l'hémicycle qu'en commission des Affaires étrangères[40][41][42].

Bénéficiant de cette faible représentation parlementaire, Marion Maréchal-Le Pen et Gilbert Collard comptent parmi les figures du FN les plus invitées dans les médias. Elle prononce son premier discours aux universités d'été du Front national à La Baule, le 23 septembre 2012, devant mille personnes[43]. C’est cependant en 2013 qu’elle perce véritablement. En effet, Marine Le Pen ayant refusé de participer aux manifestations opposées à la loi du « Mariage pour tous », c’est Marion Maréchal-Le Pen qui devient la figure emblématique du parti lors de ces journées, notamment pour la marche du 13 janvier. Le 2 octobre 2014, à 24 ans, elle est choisie pour être le contradicteur frontiste d'Alain Juppé, ancien Premier ministre et candidat présidentiel, dans une émission politique de premier plan sur une grande chaîne de télévision. Le 20 mars 2016, elle est l'invitée principale d'une émission de plus d'une heure pour la première fois[44][45][46]. Sa notoriété semble être acquise puisque trois ans seulement après son élection, seuls 7% des Français déclarent ne pas la connaître et pas moins de 40% en ont une opinion favorable (sondages Ifop pour Paris Match et Odoxa pour Le Parisien). Outre sa candidature aux élections régionales de 2015 qui accroît sa popularité, elle est la quatrième personnalité politique la plus populaire sur Facebook, derrière Nicolas Sarkozy, Marine Le Pen et François Hollande, les quatre seuls à dépasser les 500 000 soutiens en mai 2016 (elle-même dépasse les 600 000 en septembre 2016 puis les 700 000 en février 2017)[47][48][49][50][51][52][53][54][55]. Sa trajectoire rapide (« la plus fulgurante depuis celle de Napoléon Bonaparte » écrit The Telegraph), son positionnement au carrefour de plusieurs droites, son sens politique et son pouvoir d'attraction fait s'interroger la presse et même sa tante sur le rôle qu'elle pourrait jouer à l'avenir, allant jusqu'à évoquer une ambition présidentielle. « Belzébuth grimée en Bambi », « Barbie fait de la politique », « le diable s’habille en Prada », « Cendrillon coup de boule », « dure aux yeux doux », « petite fille grande gueule », « la star », « actrice naïve », « un ordinateur qui aurait téléchargé le programme du FN » sont autant d'expressions utilisées pour l'évoquer[56][57][58][59][60][61][62].

MMLP AN

Le 29 novembre 2014, lors du XVe congrès du Front national à Lyon, elle arrive largement en tête du vote des militants pour la composition du comité central du parti, avec 80% des suffrages, arrivant en tête devant de hautes personnalités comme Louis Aliot (76%), Steeve Briois (70%), Florian Philippot (69%) ou Bruno Gollnisch (65%). Cette distance est marquée face à Florian Philippot, gaulliste plus étatiste présenté comme son rival. Elle ne prononce cependant pas de discours et refuse la vice-présidence à la Jeunesse qui lui est proposée[63].

Au grand mécontentement de la direction du FN qu'elle n'a pas informé initialement, elle se consacre à des déplacements à l'étranger en 2016, le premier étant en Italie les 15 et 16 mars. Elle se rend à Rome pour s'entretenir avec des cadres de la Ligue du Nord comme Matteo Salvini et fortifier l'alliance des deux partis, mais surtout à Milan, en Lombardie, pour s'imprégner de la gestion LN de la région (ex : elle rencontre Cristina Cappellini en charge de la culture)[64][65][66][67][68][69][70][71][72][73]. D'autres voyages sont prévus en Syrie en avril pour se rendre compte sur place de la situation du régime de Bachar el-Assad et Russie en mai pour y donner une conférence à l'université de Saint-Petersbourg à la demande de son président. Israël et le Maroc sont aussi évoqués[74][75].

Elle se rend en Russie au mois de novembre. Le 15, elle rencontre le recteur et visite du musée de l'université du MGIMO de Moscou puis participe à une conférence avec des étudiants pour évoquer les relations franco-russes. Le lendemain, elle s'entretient avec Philippe Dauphine, responsable adjoint de la Fédération des Français de l'Étranger. Elle répond également aux questions de RT et ses prises de parole vantent les liens commun entre les deux pays. Ce déplacement lui fait rater - ou éviter - l'inauguration du QG de campagne de Marine Le Pen[76][77][78][79][80][81].

Marion Maréchal-Le Pen décline l’offre qui lui est faîte de devenir porte-parole de la campagne présidentielle de Marine Le Pen en juin 2016 et n’apparaît pas à l’inauguration du siège de campagne en novembre, prétextant son déplacement en Russie. En décembre, elle s’oppose publiquement à Florian Philippot qui l’a décrite comme seule et isolée au sein du parti lorsqu’elle conteste le remboursement illimité de l’avortement. Elle s’affiche également au côté de Philippe de Villiers. Tandis que la presse spécule sur les contradictions internes au Front national entre deux lignes sont ils seraient les représentants, Marine Le Pen clôt le conflit en appelant à la fin des « chicayas ». Elle reçoit la charge d’un groupe d’étude sur les questions institutionnelles dont nombre de propositions sont reprises dans le programme. Par la suite, la presse relève sa discrétion médiatique pendant la campagne (apparemment sur son conseil de son père et de son assistant parlementaire). Elle se dédie surtout à une quinzaine de déplacements en France et connaît un véritable succès d’affluence à ses réunions publiques. Par ailleurs, elle assiste à chacun des conseils stratégiques de la candidate. Citant son inexpérience, sa raideur et leur lien de parenté, Marine Le Pen ne prévoit pas de l'intégrer à son gouvernement. Déçue par la prestation de sa tante au débat d'entre-deux-tours, elle quitte au bout d'une demi-heure sa permanence de Carpentras où elle suivait la retransmission en compagnie de militants[82][83][84][85][86][87][88][89][90][91][92][93].

Élections régionales de 2015 Modifier

Après s’être présentée en dixième place sur une liste à Sorgues aux élections municipales de 2014 et s’être personnellement investie dans les élections départementales de 2015 en Provence-Alpes-Côte d’Azur[94][95][96][97], elle obtient l’investiture de son parti le 17 avril pour être tête-de-liste aux élections régionales de décembre 2015 dans la région, après que Bruno Gollnisch se soit lui-même retiré de la course. Elle s’était montrée intéressé bien plus tôt et avait reçu l’assentiment de sa tante mais son grand-père s’était imposé de lui-même, avant qu’une série de déclarations polémiques le fassent se retirer à son profit après une rencontre le 13 avril. Dans cette grave crise que traverse le parti, elle parvient à ménager sa situation en se murant dans le silence après avoir publiquement condamné les propos de Jean-Marie Le Pen sur les chambres à gaz et avoir voté une motion contre lui en bureau politique le 4 mai. Elle confirme finalement sa candidature à Valeurs actuelles et obtient le soutien officiel de Jean-Marie Le Pen le 17 octobre. Les menaces que peuvent représenter des candidatures dissidentes ou la liste de Jacques Bompard à l’extrême-droite sont minimes[98][99][100][101][102][103][104][105].

Elle lance sa candidature dans une mairie frontiste le 5 juillet en déclarant notamment refuser « le remplacement continu d'une population par une autre » et ne pas vouloir « de la Paca black-blanc-beur mais de la Paca bleu-blanc-rouge » pour éviter que la région ne « passe de la Riviera à la favela »[106]. Pourtant, c’est sur la crédibilité économique qu’elle mise sa campagne. Elle rallie à elle des profils variés comme des transfuges notables de ce qu’elle nomme « l’ex-UMP » (Olivier Bettati, Jérôme Rivière, Franck Allisio, Daniel Philippot, etc.) ou bien de l’ancien identitaire Philippe Vardon[107][108]. Sa légitimité n’est contestée par aucun frontiste dans cette région où ses idées parlent aux pieds-noirs et à leurs enfants, aux agriculteurs et aux petits entrepreneurs. Depuis son élection en 2012, elle a siphonné l'électorat de la Ligue du Sud ou de maires divers droite dans le Vaucluse et asséché Les Républicains désormais relégués en troisième place. Pour la crédibilité, son équipe a des échanges avec les régions italiennes de Vénétie et de Légurie où la Ligue du Nord dirige[109][110][111]. Les sondages successifs démontrent un fort soutien à sa candidature, avec une victoire souvent annoncée, et des scores en hausse après les attentats parisiens du 13 novembre qui lui permettent de distancer clairement son principal adversaire, le Républicain Christian Estrosi, investi par son parti spécialement pour lui faire barrage, de peur que l’élection ne soit « une rampe de lancement incroyable pour elle » qui la « fasse devenir une star »[112][113][114]. Ces bons résultats sont parfois cause de complications pendant la campagne, comme une garde-à-vue arbitraire par Christian Estrosi de Philippe Vardon rapidement libéré, la déformation de ses propos par Christian Estrosi qui est poursuivi pour "diffamation", ou bien des débordements à Guillestre en marge d’une protestation encouragés par le maire écologiste, poursuivit lui pour "menace de mort et dégradations de biens privés" ainsi que pour "manquement grave aux responsabilités d'ordre public de sécurité et de salubrité"[115][116][117].

Son programme est le suivant[118][119][120][121][122] :

  • Économie : elle ambitionne d'augmenter l'aide aux petites et moyennes entreprises par la région, par l'augmentation du budget de 100 millions d'euros actuellement à 500 millions en fin de mandat, la création d'un « Fonds régional de partenariat des entreprises » qui aurait les droits et devoirs d'une banque pour palier le manquement de celles-ci et la formation des comités départementaux mêlant représentants politiques et économiques pour gérer les dossiers (formation, demandes d'aides). Le programme serait financé par des économies réalisées sur le fonctionnement administratif de la région ou sur des programmes de philanthropie internationale. Le président LN de la Lombardie italienne, l'ancien ministre de l'Intérieur Roberto Maroni, fait aussi savoir son envie de travailler avec elle et sa région. L'invitation de Marion Maréchal-Le Pen à la Chambre de Commerce et d'Industrie à Marseille est la première participation d'un candidat FN dans ce type d'organisme consulaire[123][124].
  • Défense de la production : elle vante son « patriotisme économique régional » consistant à utiliser des clauses sociales et environnementales pour favoriser les entreprises régionales sur le marché public et défend une réindustrialisation qui passerait par la création de filières complètes comme le démantèlement de navires.
  • Éducation : elle préconise la création d'une bourse au mérite régionale pour pallier l'affaiblissement de la bourse nationale par le gouvernement. Elle prévoit la création d'un lycée des métiers de la mer[125].
  • Transport : estimant le contrat entre la SNCF et la région lésé, elle explique qu'il ne sera renouvelé que pour trois ans en 2017 et non plus dix et qu'elle ouvrira à la concurrence pour faire pression sur l'entreprise critiquée sur la ponctualité et la salubrité en Paca. Elle créera une police régionale pour le Transport express régional (TER) et renforcera les pénalités de retard.
  • Immigration et identité : elle propose de supprimer l'enveloppe régionale de 3 millions d'euros pour l'accueil des migrants ainsi que les subventions aux « associations antiracistes » car jugées communautaristes. Elle promet la création d'une « vice-présidence à l’identité » de Provence-Alpes-Côte d'Azur, « une petite France entre terre, mer et montagne connue de par le monde », ainsi que la création d'un grand Puy du Fou provençal pour lequel elle a déjà reçu l'assurance de Philippe de Villiers qui la soutient par ailleurs[126][127][128].
  • Subventions des associations : elle promet dans une réunion de la Manif pour Tous de supprimer les subventions aux associations LGBT et au Planning familial en leur reprochant de véhiculer la théorie du genre qu'elle considère être une fumisterie et de banaliser l'avortement en le conseillant aux femmes sans proposer d'alternative. Face à la polémique provoquée à gauche, elle dénonce une « totémisation » autour d'« associations politisées de gauche et féministes » qui « vivent d'une rente de situation » et rappelle que l'action de ces associations n'est pas liée aux compétences de la région[129][130][131].

Au premier tour, la liste « La France plein sud ! » arrive largement en tête avec 40,55%, devant la contre-performance de Christian Estrosi (26,48%) et le délitement du Parti socialiste dans la région (16,59%). Elle et Marine Le Pen sont les seules en France métropolitaine à dépasser les 40% avec des scores similaires. La constitution d’un « Front républicain » au deuxième tour, permit par le retrait de la liste socialiste, conduit à l’élection de Christian Estrosi au terme d'un entre-deux-tours sans débat et d'une virulente campagne anti-FN. Cependant, en totalisant 45,22% des suffrages, Marion Maréchal-Le Pen réalise le meilleur score jamais obtenu par le Front national, aussi bien dans la région PACA où elle double celui obtenu aux élections de 2010, que dans n'importe quelle autre région, grâce à une progression de 166 401 voix, tandis que Marine Le Pen n'augmente son résultat que de deux points et que Florian Philippot reste au même niveau qu'au premier tour. Aux yeux de plusieurs commentateurs politiques, Marion Maréchal-Le Pen est la révélation de la campagne qui lui a permis d'accéder à une plus grande reconnaissance. C'est aussi le cas des médias internationaux qui sont nombreux à s'intéresser à elle. Un sondage indique qu'elle est la personnalité du FN la plus populaire auprès des Français[132][133][134][135][136][137][138][139][140][141][142][143].

Allocution de Marion Maréchal-Le Pen après le second tour
(13 décembre 2015)

Mes amis,
Merci infiniment et bravo
Merci à nos électeurs.
Merci aux centaines de milliers d’électeurs de Provence, des Alpes et de Côte d’azur qui ont apporté leurs suffrages à notre liste ; la France plein Sud.
Merci à mes colistiers, qui ont fait une campagne exceptionnelle.
Merci à nos admirables militants, à qui je dois tout. Je suis si fière de vous.
Nous sommes premiers dans le Vaucluse
Nous sommes premiers dans le Var
Mes amis,
Il y a des victoires qui font honte aux vainqueurs.
Au nom des valeurs de la République, ils auront ce soir sabordé la représentation du peuple français.
Tout aura été fait : calomnie, mensonge, clientélisme, vote communautaire… et je vous en passe.
Mes amis, ne les écoutez pas, il n’y a pas de plafond de verre. Ce soit disant plafond de verre était de 25% en 2010, aujourd’hui à 48%. Et demain nous serons majoritaires !
Où est le plafond de verre lorsque nous gagnons près de 200 000 voix à l’entre-deux tours !
Où est le plafond de verre ici en PACA alors que nous obtenons le meilleur score Front National en France !
Alors si tous ces profiteurs cyniques peuvent nous effrayer, s’ils pensent nous dégoûter, s’ils pensent nous décourager, je leurs dis : ils se trompent !
Nous redoublerons d’efforts, nous redoublerons de combativité.
Notre amour de la France n’en est qu’exalté.
A la région, je serai, avec mon équipe, votre représentante : celle des patriotes. Honnête, fidèle, libre pour que notre région reprenne toute sa place et que les patriotes soient défendus.
Les vieux rentiers de leur système ont été élus par défaut. Ils sont d’ores et déjà pieds et poings liés par leurs compromissions.
Les électeurs reviendront vers l’envie, l’envie d’être défendus, d’être représentés, d’être Français.
Le succès n’est pas final.
L’échec n’est pas fatal.
C’est le courage de continuer qui compte.
Et parce que nous sommes Français, le courage n’est pas ce qui nous manque.
Notre histoire est faite d’immenses tragédies mais aussi de sublimes résurrections.
La sublime résurrection viendra à force de courage, de droiture et de travail pour et avec tous les patriotes.
Plus que jamais, ce soir, vive la Provence, les Alpes et la Côte d’Azur. Vive la France ![144]

Rétrospectivement, elle considère que l'échec de sa campagne est dû aux manques de réseaux et d'argent, au tapage anti-FN qui s'est répandu dans les médias et contrecarré seulement par le succès internet du parti, ainsi qu'à une faible implantation locale. Outre la lutte contre la diabolisation persistante, elle considère que le FN doit démontrer ses capacités d'ouverture à d'autres personnes, sur d'autres thématiques et au monde de la culture dont l'influence est grande. Elle retient toutefois les invitations de l'Évêché de Toulon et de la Chambre de Commerce et d'Industrie comme des points positifs. Le journaliste Jean-François Rosnoblet estime qu'elle est devenue une pièce-maîtresse dans le jeu du FN puisqu'elle a ancré puissamment le mouvement dans la région, avec des scores en constante amélioration qui laminent la gauche et concurrencent la droite. Joël Gombin, politologue spécialisé dans le Vaucluse, observe qu'elle a su créer une synthèse politique allant de la droite à l'extrême-droite, plus focalisé sur l'élaboration d'un programme que que sur l'idéologie, alors que Marine Le Pen ne parvient pas à une telle ouverture. Son parachutage a permit de faire d'une terre d'élection labourable le point fort de l'implantation frontiste. Il note enfin sa "triple légitimité du nom, de l'élection et du poids en interne au parti"[145][146]

Conseillère régionale de PACA Modifier

Malgré ses quarante-deux élus au conseil régional, le FN ne décroche aucune vice-présidence et n’obtient que treize sièges sur un total de quarante à la commission permanente. Le jour de l’inauguration, le 18 décembre, Marion Maréchal-Le Pen annonce sa volonté de présider son groupe dans une opposition « pas systématique mais constructive […], efficace, courtoise et technique ». Elle pointe les premiers abus et manquements de Christian Estrosi et rappelle « Estrosi à la haine mais pas nous, parce que nous avons la conscience tranquille. Nous n’avons trahi personne ». Elle quitte la direction de la fédération FN de Vaucluse en janvier 2016[147][148][149].

Lors de la séance du 29 janvier 2016, elle et son groupe votent contre la création de l’assemblée consultative promise par Christian Estrosi pour faire siéger les partis retirés du second tour, et refusent d’y siéger, en dénonçant, selon ses termes, « un doublon coûteux et inutile du Conseil économique et social régional » qui vise à « contourner la démocratie en permettant d’éviter que le vrai débat n’ait plus lieu au sein de l’hémicycle et que l’attention se détourner vers cette conférence qui ne tient aucune légitimité des urnes ». « J’attendais presque le paragraphe où nous devions leur céder nos écharpes » affirme t’elle en réaction aux larges droits qui leurs sont octroyés. Elle dépose une requête au tribunal administratif de Marseille le 17 mai pour obtenir sa suspension mais cette requête est déboutée deux jours plus tard au motif que la conférence ne « lui ôte pas les droits qui sont les siens d'exprimer son opposition au sein du conseil régional »[150][151][152][153][154].

Le 29 février 2016, elle saisit la déontologue de la région après que la presse ait révélé la commande d'un sondage par Christian Estrosi sur lui, sa stratégie et ses adversaires aux frais du contribuable azuréen[155][156].

Le 8 avril 2016, le groupe Front national vote contre le budget présenté par Christian Estrosi. Le même jour, sa proposition de lutte contre l'usage des travailleurs détachés par une clause de maîtrise du français dans les contrats publics fait l'objet d'un refus de principe[157][158].

En mai 2016, elle compte parmi les principales voix à s'opposer à un concert du rappeur Black M, dont les propos à l'égard de la France ont été peu amènes et qui promet de « bien s'amuser », à l'occasion du centenaire de la bataille de Verdun en présence du président français et de la chancelière allemande[159].

Déjà isolée à la tête du FN avec l'éviction de Marie-Christine Arnautu, sa seule alliée au bureau politique, elle provoque l'ire de sa tante en acceptant l'invitation de l'Action française à un colloque sur les régimes royalistes et monarchistes puis à un rendez-vous de Robert Ménard à participer à un colloque des droites radicales à Béziers le 28 mai 2016. Ce jour-là, elle quitte prématurément l'événement, apparemment sur ordre de Marine Le Pen, prenant prétexte des déclarations du maire qui ne veut pas être le « marchepied » du FN, dénonçant son ingratitude et une stratégie synonyme de « On veut vos voix, pas vos gueules »[160][161].

Par une lettre du 31 mai 2016 adressée au président du conseil régional, elle annonce qu'elle démissionne de la Commission permanente du Conseil départemental, estimant que cette assemblée ne remplie plus son office puisque Christian Estrosi s'en sert pour faire valider ses choix et non les soumettre au débat[162][163].

Le président délégué LR de la région, Renaud Muselier, affirme : « Elle descend dans la région une fois par mois, juste pour la plénière, elle ne participe pas aux commissions, et quand elle descend elle fait des conférences de presse. [...] Ils prennent une décision systématique : le refus de vote, l’absence de participation »[164].

Constatant la force électorale du Grand Sud pour le Front national - l'intégralité des parlementaires nationaux et la majorité des maires et des élus régionaux - et désireuse de solidifier cet ancrage, elle renoue avec la tradition frontiste de la fête annuelle des Bleu Blanc Rouge (BBR), supprimée en 2007 pour des raisons financières, mais circonscrite aux neufs fédérations du Grand Sud et organisée au Pontet le 9 juillet 2016. Elle explique au Figaro : « Mon souhait [est] d'instaurer, à long terme, cette tradition de fête populaire [...]. Notre honneur est de rester un parti populaire quand les autres partis préfèrent souvent les petits fours, canapés et champagne ». Sa première tenue rassemble 1 500 militants et se caractérise par la venue impromptue de Marine Le Pen mais c'est Marion Maréchal-Le Pen qui prononce un discours, allocution d'une trentaine de minutes consacrée à l'identité et à la sécurité[165][166][167].

En juillet 2016, suite aux attentats de Nice et d'une église de Seine-Maritime, elle annonce son intention de s'engager dans la réserve militaire de PACA en septembre après y avoir réfléchit depuis quelques temps. Elle le justifie par le devoir patriotique et par la nécessité d'un engagement actif dans une guerre essentiellement identitaire selon elle. Après l'attaque de l'église, elle avait alerté « Ils tuent nos enfants, assassinent nos policiers et égorgent nos prêtres. Réveillez-vous ! [...] En Occident comme en Orient, les chrétiens doivent se lever pour résister à l'islamisme! ». Déplorant le manque d'effectif réserviste, elle espère entraîner d'autres vocations dans son sillage. Elle aurait dû suivre une formation d'un mois avant d'être intégrée dans une des trois armées, pouvant être mobilisée jusqu'à 60 jours par an, et éventuellement bénéficier d’un contrat rémunéré, mais on apprend le 4 février 2017 que son dossier a été rejeté au nom d'une loi empêchant la double-tenue d'un mandat électif et d'une fonction publique non-élective (article LO142 du code électoral), ce que démentent d'autres cas de députés et fait dire à Marion Maréchal-Le Pen qu'elle est victime de dénigrement politique[168][169][170][171][172].

Le 8 septembre 2016, elle est relaxée par le tribunal correctionnel de Carpentras dans un procès intenté pour "diffamation" par Jacques Bompard. L'annulation par le Conseil d'État, en octobre 2015, du vote électronique dans le canton d'Orange pour les élections départementales, lui avait fait parler de la « bidouille électronique [qui] remplace désormais l’époque où les communistes cachaient des mines de crayons sous leurs ongles pour invalider des bulletins »[173][174].

Le 4 novembre 2016, le conseil régional de PACA rejette une motion FN invitant à se saisir de tous les moyens légaux pour empêcher le plan gouvernemental de répartition des migrants. Auparavant, Les Républicains avaient déposés une motion « quasiment identique en un peu plus soft », adoptée à l'unanimité moins une abstention. Marion Maréchal-Le Pen les accuse de plagiat. Le lendemain, c'est une enveloppe de 80 000 euros à des associations d'accueil des migrants qui est retirée par la majorité sous pression du FN[175][176].

Élection législative de 2017 Modifier

Le 30 mai 2016, elle fait savoir qu'elle se représentera aux élections législatives de 2017 dans sa circonscription, la plus gagnable de toutes pour le Front national. Pourtant, Le Canard enchaîné croit savoir, en avril 2017, qu'elle songe à quitter la politique pour se reconvertir dans le privé, citant comme motivation sa vie familiale, son conflit avec Florian Philippot et l'incertitude politique qui suivra l'élection présidentielle[177][178][179].

Positionnement politique Modifier

Marion Maréchal-Le Pen se définit elle-même comme une « femme de droite, souverainiste, identitaire »[180]. Elle est elle-même favorable à l’« union des droites », revendiquant d'ailleurs une proximité idéologique avec le RPR des années 1980, et a élaboré des contacts avec des élus UMP et divers droite dès novembre 2012[181][182][183]. Elle est une lectrice de Jacques de Guillebon, journaliste royaliste et catholique, et de Jean-Yves Le Gallou, ancien du GRECE passé par le FN où il a laissé l’idée de la « préférence nationale ». Elle lit Jean-Claude Michéa, antilibéral dénonçant l'évolution de la gauche vers la social-démocratie, et G. K. Chesterton, apologiste du christianisme. Elle est aussi une admiratrice de Napoléon Bonaparte par une lecture du maurrassien Jacques Bainville, bien qu’elle indique par ailleurs ne pas être monarchiste[184]. D'autres comme Ernest Renan et Maurice Barrès figurent parmi ses inspirations[185]. Enfin, parmi les contemporains, Éric Zemmour, souverainiste et opposé à l'immigration, compte parmi ses lectures et influences[186][187].

Le journaliste à Valeurs actuelles Geoffroy Lejeune juge qu'« elle réussit, presque malgré elle, à incarner une ligne politique, celle de la droite traditionnelle déçue par le discours de Marine le Pen »[188]. Elle est décrite par la presse comme une « libéral-conservatrice », par opposition à la ligne étatiste de Florian Philippot avec lequel elle serait en froid[189][190]. Son collègue parlementaire Alain Chrétien affirme que « chimiquement parlant, la composition de la molécule Marion Maréchal est bien plus pure et semblable à celle de Jean-Marie Le Pen qu’à celles de Florian Philippot et de Marine Le Pen ». Dans cette lignée, elle est proche de groupes identitaires qu’elle juge « récupérables et loin d’être idiots ». Elle s’est d’ailleurs revendiquée « Française de souche », une expression qu’elle ne renie pas et dont elle déplore la démonisation par le reste de la classe politique[191]. Partisane de l'assimilation culturelle pour les immigrés, elle s'oppose au droit du sol et à la binationalité, mais elle n'est pas opposée à l'interdiction totale du port du voile dans l'espace public et l'accepterait dans la rue[192]. Selon elle, « il y a un besoin de racines, ceux qui refusent de se saisir du sujet identitaire font une erreur. Ce qui fait le plus souffrir les Français, c’est quand l’attachement à leur mode de vie, leur culture, est remis en cause »[193]. Aussi, elle a cosigné, en janvier 2013, une proposition de l’UMP Lionel Lucas pour la reconnaissance de la contre-révolution vendéenne comme un génocide et a défendu la reconnaissance des harkis[194][195].

Catholique et croyante, elle participe à un séminaire en mars 2015 à l’Institut de formation politique, laboratoire d’idées conservatrices et libérales, et a également prit part à trois reprises au pèlerinage annuel en période de Pentecôte qui relie Paris et Chartres (2011, 2013 et 2015)[196]. Sa maxime favorite est empruntée à Saint Jean : « La vérité vous rendra libre » [197]. Le 29 août 2015, elle est invitée à l'universités d'été du diocèse de Fréjus-Toulon dans le Var, alors que l'Église a toujours tourné le dos au FN mais la réunion se déroule sans encombre malgré la polémique médiatique et politique suscitée dans les jours précédents[198][199][200]. Le 19 novembre 2016, veille du premier tour de la primaire de droite, elle écrit que le candidat du PCD Jean-Frédéric Poisson est le seul avec lequel une alliance serait possible[201]. C'est au nom de cette croyance qu'elle se dit personnellement opposée à la peine de mort et au mariage homosexuel[202]. Elle juge nécessaire de « revenir sur le remboursement intégral et illimité de l'avortement», estimant que « ce n'est pas à l'État de réparer les inattentions des femmes», une proposition absente du programme du FN qui fait d'elle une « personne seule et isolée»[203][204][205]. Le politologue Nicolas Lebourg observe qu'elle est « la seule qui a tout compris à la Manif pour tous. Cet événement, auquel elle a participé, a mis en branle un arc des droites allant des démocrates-chrétiens à l’Œuvre française. Cet ensemble est soudé par un catholicisme identitaire et sa critique du libéralisme culturel »[206]. Son conservatisme et sa défense de l’identité chrétienne française la font remarquer par Sarah Palin, icône conservatrice aux États-Unis, qui déclare « avoir un coup de cœur politique » pour celle « qui porte une voix claire de courage et de bon sens dans un pays et un continent en manque des deux » et voit en elle une réincarnation de Jeanne d’Arc[207][208].

Son libéralisme en matière d'économie rejoint celui de Jean-Marie Le Pen mais peut apparaître en rupture avec la nouvelle ligne suivie par Marine Le Pen et inspirée par Florian Philippot. Elle a assuré par exemple que son parti défendait l'économie de marché et a déjeuné le 3 mai 2016 avec un cercle de hauts-fonctionnaires appelés les Horaces qui proposent un programme plus libéral au FN. Lors du débat parlementaire sur la loi Travail en mai-juin 2016, elle dépose plusieurs amendements libéraux que Marine Le Pen la somme de retirer. Elle est favorable à la révision du statut de la fonction publique et à l'accompagnement de la fin de la loi des 35 heures par des négociations par branche[209][210]. Elle serait cependant plus douteuse de la positivité d'une sortie de l'euro[211]. Notons que ce rapprochement avec la ligne de son grand-père se poursuit dans sa volonté de maintenir primordialement les sujets tels que l'immigration et la sécurité, quand Marine Le Pen tend à favoriser les problématiques économiques et sociales. Elle a, par exemple, publié une tribune critique lorsque le FN a intégré à son équipe un lobbyiste homosexuel avec la bénédiction de Marine Le Pen, ou bien cautionné les propos de son ami Aymeric Chauprade parlant de « certains musulmans de France » comme d'une « cinquième colonne » islamiste[212][213][214][215].

Sur le plan de la politique internationale, elle s’inscrit dans la ligne de son parti en défendant la Russie comme un allié. En décembre 2012, elle effectue un voyage à Moscou dans le cadre d'un forum parlementaire organisé par la Douma où elle rencontre de hauts-responsables du parti de Vladimir Poutine Russie unie. Elle se rend régulièrement à l'ambassade de Russie en France[216][217]. Aussi s'est-elle rendue à une réunion publique du Vlaams Belang en Belgique en octobre 2013 et a t'elle apporté son soutien à la Ligue du Nord pour les élections municipales italiennes de 2016[218][219]. Elle affirme « Je ne me définit pas comme gaulliste mais je ne rejette pas tout en bloc, loin s'en faut, de la politique gaullienne qui a été menée par lui, notamment internationale »[220].

Carrière politique Modifier

Performances électorales Modifier

Une case blanche signifie l'inexistence d'un second tour (scrutin proportionnel ou victoire dès le premier tour) et une case remplie d'un tiret désigne l'absence de présence du candidat à un second tour existant.

Élection Circonscription Parti(s) 1er tour 2e tour Résultat
Élections législatives de 2012 Vaucluse (3e) FN 34,65 % 42,09 % Élue
Élections régionales de 2015 Provence-Alpes-Côte d'Azur FN 40,55 % 45,22 % Battue

Représentation culturelle Modifier

Deux fictions mettant en scène l'élection et la présidence de Marine Le Pen font intervenir Marion Maréchal-Le Pen comme personnage. La première, La Présidente, signée François Durpaire et Farid Boudjellal et publiée en 2015, en fait la ministre de l'École et des Savoirs fondamentaux, et la deuxième, Le séisme de Michel Wieviorka sortie en 2016, en fait la ministre de la Culture et de l'Identité nationale.

En 2016, Josselin Bordat, cofondateur et rédacteur en chef adjoint du site Brain Magazine, publie Papy, tatie et moi. Le faux carnet secret de Marion Maréchal-Le Pen chez Flammarion, un livre illustré de 128 pages se voulant humoristique et s'adressant prioritairement à la jeunesse, qui imagine la députée élue présidente de la République en 2022 et met en scène une France inquiétante et repoussante. Pour la promotion, une chaîne YouTube est lancée : « Marion Maréchal Me Voilà », en référence à la propagande vichyste[221].

En 2016, après la polémique de Verdun, lors de laquelle Marion Maréchal-Le Pen est montée au créneau pour empêcher un concert de Black M aux commémorations du centenaire, le rappeur diffuse une chanson intitulée Je suis Français dans laquel il l'interpelle sur les reproches qu'elle lui fait.

Deux jours après l'élection présidentielle de 2017 et la veille de son retrait, la radio Skyrock poste sur internet une chanson du rappeur Sofiane dédiée à la député et portant son nom. Il lui déclare sa flamme en alternant des termes vulgaires et romantiques[222].

Citations Modifier

... de Marion Maréchal-Le Pen Modifier

"Le front "républicain" a eu chaud aux urnes."

- Réaction sur Twitter après l'échec du FN face au PS dans une législative partielle dans le Doubs en 2015[223].

"Quand on achète un micro-ondes sur internet on a sept jours pour se rétracter. Mais pour avorter plus besoin."

- Réaction le 19 mars 2015 à la suppression du délai de réflexion pour une IVG par les députés[224].

"Pour moi, l’égalité ne prime pas sur la liberté, et les enfants ne priment pas sur les parents. Je rejette le logiciel de Mai 68, qui, lui-même, rejette les mots valeur, identité, principe, ou maître"

- Entretien à L'Express en début d'année 2015[225].

"Je suis en désaccord sur le fond et je ne peux soutenir de tels propos car même le plus fier et le plus sage des hommes politiques tire bien peu de gloire à s’installer dans sa vérité et à l’asséner comme une certitude sans tenir compte des conséquences."

- Entretien à Valeurs actuelles, le 3 avril 2015, en réaction aux propos de Jean-Marie Le Pen tenus la veille, lorsqu'il a assumé ses propos sur les chambres à gaz nazies comme "détail de l'Histoire de la Seconde Guerre mondiale"[226].

"Si le Front National put être un parti de réconciliation lors de sa création dans les années 70 fondé sur la lutte contre l’hégémonie communiste meurtrière et sur les décombres et les plaies de la guerre d’Algérie, mes compagnons actuels ne se trompent pas de combat. Ils viennent aujourd’hui défendre leur nation face aux défis du 21ème siècle que constituent la mondialisation, les dérives de l’Union européenne, l’explosion démographique et ses conséquences migratoires, le bouleversement géopolitique et la montée de l’islamisme."

- Entretien à Valeurs actuelles, le 3 avril 2015[227].

"J’ai beau être sans cesse injustement considérée comme étant d’extrême droite, je n’oublie pas que le régime nazi et ses alliés ont mis mon pays à feu et à sang, que des milliers de mes compatriotes sont morts dans des conditions atroces, certains de confession juive victimes d’une politique raciste qui aura fait date dans l’histoire, et enfin que mon grand-père tenta lui-même d’entrer dans la résistance à 16 ans, ce qu’on lui refusa en tant que jeune pupille de la nation à la suite du décès de son père victime d’une mine allemande."

- Entretien à Valeurs actuelles, le 3 avril 2015[228].

"Merah, Kouachi, Coulibaly et Salhi sont les enfants du regroupement familial, du droit du sol, de la repentance anti-française, de l'abandon de l'exigence d'assimilation au profit de la société multiculturelle."

- Discours de lancement de la campagne des régionales de 2015 à Le Pontet le 5 juillet 2015[229].

"Il faut accepter de définir et de revendiquer quel est notre héritage et quelle est notre identité. Ça passe par l’affirmation de notre héritage gréco-romain et chrétien. Il faut dire que la France est une terre culturellement et très longtemps spirituellement chrétienne. Et dans ces conditions, si des Français peuvent être musulmans et exercer leur foi, il faut qu’ils acceptent de le faire sur une terre qui est culturellement chrétienne. Ça implique aujourd’hui qu’ils ne peuvent pas avoir exactement le même rang que la religion catholique. Ne serait-ce que parce que nous avons des traditions populaires qui ont des connotations spirituelles qui peuvent s’exercer dans le cadre public, ce qui aujourd’hui ne peut pas être le cas de l’islam."

- Marion Maréchal-Le Pen dans un entretien au journal catholique Présent publié le 21 novembre 2015[230].

"Tel est l’esprit de cette UE désincarnée, hors-sol, technocratique qui désespère les peuples et les condamnent aux horizons sans espoir. Il faut refuser le destin de déracinés qu'ils tentent de nous imposer. Déracinés d'une nation, d'une civilisation ! Nous avons le droit légitime de ne pas souhaiter devenir une terre d'islam. Si nous souhaitons rester fidèle à l’âme incandescente de l’Europe (...) alors il nous faut puiser dans nos racines. Nous défendons le droit inaliénable des peuples à disposer d’eux-mêmes. Peut-on encore défendre le droit des peuples à rester eux-mêmes ?"

- Marion Maréchal-Le Pen à un meeting "Printemps européen" du mouvement Europe des Nations et des Libertés (ENL) au Palais des Congrès de Strasbourg le 22 mai 2016.

"Ils chérissent la guerre et l’ingérence au nom des droits de l’homme et déplorent les victimes des islamistes qu’ils ont mis au pouvoir. C’est donc à nous de penser et préparer l’alternative européenne hors de leur cadre mortifère. Avec nous, l’Europe ne sera pas condamnée à être la vieille dame usée qui a fait son temps comme ils tentent de nous le faire croire. Avec nous, l’Europe peut-être la jeune femme qui se dresse à l’aube de sa vie car nous avons foi en elle. Mes amis, cette jeunesse européenne que nous sommes est celle de l’espérance. Nous ne sommes pas la jeunesse européenne du fait de nos années, nous sommes la jeunesse car notre foi est plus grande que leur renoncement. Il faudra travailler, beaucoup et dur car si l’Union européenne gouverne mal, elle se défend bien. Nous avons un devoir de mémoire, un devoir de courage, un devoir de succès !"

- Marion Maréchal-Le Pen à un meeting "Printemps européen" du mouvement Europe des Nations et des Libertés (ENL) au Palais des Congrès de Strasbourg le 22 mai 2016.

"[Je n'ai] pas une vision racialiste, mais culturelle et identitaire. [...] Le combat des années à venir, c’est le combat identitaire. Il est multiforme. Je suis optimiste, car je constate, après les Manifs pour tous, qu’il y a – et ce n’était pas arrivé depuis extrêmement longtemps – une convergence des aspirations entre une jeunesse plutôt bourgeoise et une jeunesse populaire. Les aspirations de la première touchent surtout la vision de l’homme et de la femme, et celle de l’institution du mariage. Pour la seconde, elles concernent l’aspect identitaire, c’est-à-dire les mœurs et les modes de vie, car cette jeunesse-là est davantage confrontée au problème du multiculturalisme. Ces questions d’identité sont d’autant plus fondamentales que, un jour ou l’autre, nous deviendrons une communauté parmi les autres. Et ce jour-là, il deviendra extrêmement compliqué de changer la donne."

- Marion Maréchal-Le Pen dans un entretien-débat avec Madeleine de Bazin de Jessey de Sens commun pour l'hebdomadaire Famille chrétienne publié le 30 mai 2016[231].

"Le nom Le Pen, comme le Front national aujourd'hui, est une force plutôt qu'un handicap parce qu'il est synonyme de combativité, de constance, de cohérence, de pugnacité, et par les temps qui courent, toutes ces qualités qui sont assez atypiques dans le paysage politique français, à mon avis sont plutôt des arguments en leurs faveur."

- Marion Maréchal-Le Pen dans un entretien à France Info le 12 septembre 2016[232].

... sur Marion Maréchal-Le Pen Modifier

"Elle a développé une personnalité politique que, personnellement, je trouve assez fascinante : tellement différente de ce que l’on voit habituellement ! Elle est à la fois réservée, pédagogue, ferme sur le plan du caractère, solide sur les valeurs […]. Il y a des gens pour lesquels j’ai de la considération, mais Marion, c’est différent."

- Jean-Marie Le Pen[233].

"Dans le sud, la frange de l'UMP la plus droitière pourrait s'entendre avec elle qui incarne une droite très conservatrice plus qu'avec Marine Le Pen."

- Un cadre anonyme de l'UMP cité par L'Observateur[234].

"Elle est toute jeune mais totalitariste. Elle ne met aucune humanité dans ses relations humaines..."

- Jacques Bompard pendant les élections régionales françaises de 2015[235].

"Sous ses airs de fille très sûre d'elle se cache une personnalité beaucoup plus complexe, qui se pose en permanence des questions sur elle-même."

- Un proche de la famille Le Pen cité dans Le Parisien[236].

"Il est arrivé qu’on ne soit pas d’accord, mais elle ne mérite pas cet excès d’opprobre. Elle est jeune, elle est assez raide, c’est vrai, un peu comme la jeunesse française qui se raidit."

- Marine Le Pen en interview à Femme actuelle en mars 2017[237].

Publications Modifier

  • Christine Clerc, Les conquérantes, Broché, 2013
  • Josselin Bordat, Papy, tatie et moi - Le faux carnet secret de Marion Maréchal-Le Pen !, Relié, 2016
  • Michel Henry, La nièce, le phénomène Marion Maréchal-Le Pen, Seuil, 2017

Références Modifier

  1. Les départementales 2015 - Le Petit Journal du 23/03 Le nom figurant sur sa carte d'identité est "Marion Maréchal"
  2. Comment Marion Maréchal-Le Pen compte gagner en Paca
  3. Marion Maréchal-Le Pen face à Jean-Jacques Bourdin en direct
  4. Marion Maréchal-Le Pen sur BFMTV et sur RMC
  5. La nouvelle vie de Marion Maréchal-Le Pen
  6. « JE NE SUIS LA MARIONNETTE DE PERSONNE »
  7. Marion Maréchal, son grand-père s'appelle Le Pen
  8. Marion Maréchal-Le Pen, l'effrontée nationale
  9. Marion Maréchal-Le Pen et Sens commun évoquent de possibles «alliances»
  10. LA PATRONNE DU VAUCLUSE
  11. La nouvelle vie de Marion Maréchal-Le Pen
  12. Comment Marion Maréchal-Le Pen compte gagner en Paca
  13. La salle des mariages de Cogolin a-t-elle vraiment été rebaptisée du nom de la fille de Marion Maréchal-Le Pen?
  14. INFO CLOSER : MARION MARÉCHAL-LE PEN DIVORCE APRÈS 2 ANS DE MARIAGE
  15. Front national: Marion Maréchal-Le Pen volontairement en retrait
  16. Marion Maréchal-Le Pen en vacances à la mer avec son nouveau compagnon ?
  17. Jérôme Cochet
  18. Marion Maréchal-Le Pen fait condamner L'Express
  19. Marion Maréchal-Le Pen attaque en justice «Closer» pour atteinte à sa vie privée
  20. Marion Maréchal-Le Pen, cinq ans d'ascension fulgurante
  21. Marion Maréchal-Le Pen dit avoir été attirée par Sarkozy
  22. Marion Maréchal-Le Pen, l'effrontée nationale
  23. Marion Maréchal-Le Pen dit avoir été attirée par Sarkozy
  24. M. Maréchal Le Pen à Carpentras : "Le FN va être victime de toutes les attaques" 22/9 (à 1min00)
  25. Après Jean-Marie et Marine, voici la petite-fille Le Pen
  26. Marion Maréchal-Le Pen dit avoir été attirée par Sarkozy
  27. Marion Maréchal, son grand-père s'appelle Le Pen
  28. Marion Maréchal-Le Pen, l'effrontée nationale
  29. «Elle est brutale, méprisante» : Jany Le Pen lâche les coups contre sa belle-fille
  30. Comment Jean-Marie Le Pen a fait pression sur Marion Maréchal-Le Pen pour qu'elle se lance en politique
  31. Comment le PS du Vaucluse a sciemment fait élire Marion Maréchal-Le Pen
  32. Weapon of mass distraction: France’s youngest member of Parliament is 25 and she takes no prisoners
  33. Marion Maréchal-Le Pen, (éphémère) secrétaire de l'Assemblée nationale
  34. Mme Marion Maréchal-Le Pen
  35. Quatre arrivées au bureau politique du FN, dont Marion Maréchal-Le Pen
  36. Nominations de nouveaux Secrétaires départementaux
  37. Marion Maréchal, son grand-père s'appelle Le Pen
  38. Régionales 2015
  39. Le bras très droit de Marion Maréchal-Le Pen
  40. Collard et Maréchal-Le Pen, élus dépités
  41. Marion Maréchal-Le Pen, l’ange exterminateur
  42. Un député Les Républicains, proche de François Fillon, trouve que Marion Maréchal-Le Pen "a un bel avenir politique"
  43. Marion Maréchal-Le Pen, étoile montante du FN
  44. Marion Maréchal-Le Pen sur son face-à-face avec Alain Juppé sur France 2 : "C'était impressionnant"
  45. FRANCE 2 Marion Maréchal Le Pen en débat avec Alain Juppé 02/10/2014
  46. Marion Maréchal-Le Pen sur BFM TV
  47. Marion Maréchal-Le Pen, l'effrontée nationale
  48. Quatre Français sur dix ont «une bonne opinion» de Marion Maréchal-Le Pen
  49. LES FRANÇAIS VEULENT RÉVEILLONNER AVEC ALAIN JUPPÉ
  50. Sondage: la cote de popularité de Marion Maréchal-Le Pen en forte hausse
  51. Popularité : l’ascension de Marion Maréchal-Le Pen
  52. Régionales : le Scan des réseaux sociaux
  53. Désormais 4e personnalité politique la + populaire sur Facebook je tiens à tous vous remercier pour votre soutien !
  54. Vous êtes désormais plus de 600000 à me suivre sur ma page facebook. Merci à tous pour votre soutien !
  55. Vous êtes désormais plus de 700.000 à me suivre sur ma page facebook
  56. Les Le Pen, Philippot et Sarkozy : le quatuor honni des Français
  57. Après 2017, le FN en zone de turbulences ?
  58. Marion Maréchal-Le Pen: the new wonder-girl of France's far-right
  59. Vous êtes désormais 500000 à me soutenir sur facebook !
  60. Au salon des maires, Marine Le Pen parade avec ses élus
  61. Pourquoi la guerre entre Marion et Marine Le Pen n'aura pas lieu (avant 2017)
  62. Marion Maréchal-Le Pen, «Jeanne d'Arc lepéniste»
  63. FN: Marion Maréchal-Le Pen arrive en tête au vote interne
  64. "Difendiamo insieme le nostre identità" Marion le Pen invita Regione Lombardia alla collaborazione
  65. Il Talebano/ Marion Le Pen dietro le quinte. Lezioni di politica incrociate
  66. L’"amazzone” Le Pen a Milano. L’ultimo colpo del Talebano della Lega
  67. Salvini-Marion Le Pen, "patto di sangue" a Milano
  68. Europa, Usa, Russia, Lega: l'opinione di Marion Le Pen
  69. Philippe Vardon
  70. Maréchal-Le Pen fait bande à part à Milan
  71. La petite sérénade italienne de Marion Maréchal-Le Pen
  72. Il ciclone Le Pen a Roma
  73. Intervizta a Marion Maréchal - Le Pen - Virus 24/03/16
  74. Marion Maréchal-Le Pen et les parlementaires frontistes veulent aller en Syrie
  75. Une tournée internationale pour Marion Maréchal-Le Pen
  76. Rencontre avec le recteur et visite du musée de l'université du MGIMO à Moscou.
  77. En conférence au mgimo sur l'avenir des relations France-Russie devant un parterre d'étudiants.
  78. Avec Philippe Dauphine responsable adjoint de la Fédération des Français de l'Etranger #Russie CEI.
  79. En interview avec RT
  80. Marine Le Pen : la rose bleue, les petits fours et la nièce effrontée
  81. Quel pays basculera après les USA? Évidemment la France, selon Marion Maréchal-Le Pen
  82. Front national: Marion Maréchal joue trop "perso" pour Marine Le Pen
  83. FN : Marion ne sera pas la porte-parole de Marine
  84. FN : Marion Maréchal Le Pen s'affiche avec Philippe de Villiers
  85. Marion Maréchal-Le Pen contre Florian Philippot : la crise du FN au grand jour
  86. Le déplacement très symbolique de Marion Maréchal-Le Pen à Moscou
  87. Marion Maréchal-Le Pen contre Florian Philippot : "On ne définit pas la ligne du FN tout seul sur BFMTV"
  88. Front national: Marion Maréchal-Le Pen volontairement en retrait
  89. Marion Maréchal-Le Pen sur KTOTV (à 9min30)
  90. Si elle était élue, Marine Le Pen ne nommerait pas sa nièce au gouvernement
  91. Marion Maréchal-Le Pen fait la campagne de sa tante et prépare «l’après»
  92. Marion Maréchal-Le Pen : déçue par sa tante elle aurait arrêté de regarder le débat
  93. Pour Marion Maréchal-Le Pen, un score dépassant 40% serait "déjà une énorme victoire"
  94. Municipales : Marion Maréchal-Le Pen candidate à Sorgues
  95. LA PATRONNE DU VAUCLUSE
  96. Communiqué de Marion Maréchal-Le Pen, Député et secrétaire départemental de Vaucluse
  97. Dans le Vaucluse, Marion Maréchal-Le Pen perd et gagne
  98. Marine et Marion Le Pen: le choc des ambitions
  99. Marion Maréchal-Le Pen, étoile montante du FN prise entre deux feux
  100. FN: Jean-Marie Le Pen renonce à se présenter aux régionales en Paca
  101. Crise au FN: Marion Maréchal a voté la motion contre Jean-Marie Le Pen
  102. Marion Maréchal-Le Pen investie par le FN en PACA pour les régionales
  103. Marion Maréchal-Le Pen : «Je ne souhaite pas être prise en otage par Jean-Marie Le Pen»
  104. Paca : dernière séance au conseil régional pour Jean-Marie Le Pen
  105. Élections régionales 2015 en PACA : "Si on travaille sur la photo, Marion Maréchal-Le Pen va gagner", ironise Jacques Bompard
  106. Marion Maréchal-Le Pen lance sa campagne en Paca sur des thèmes identitaires
  107. Marion Maréchal-Le Pen recrute un cadre Les Républicains
  108. Un ancien colistier de Christian Estrosi rejoint Marion Maréchal-Le Pen
  109. RÉGIONALES : LE CHOC MARION MARÉCHAL-LE PEN
  110. Marion Maréchal-Le Pen s’est imposée en nom propre
  111. L’extrême droite plurielle de Maréchal-Le Pen
  112. SONDAGE. Elections régionales : Marion Maréchal-Le Pen bien partie pour gagner la région Paca
  113. Les attentats à Paris joueront-ils en faveur de Marion Maréchal-Le Pen aux régionales ?
  114. Christian Estrosi face à Marion Maréchal-Le Pen en PACA: "si on la laisse gagner, elle va devenir une star"
  115. FN : Marion Maréchal-Le Pen veut se faire entendre
  116. Marion Maréchal-Le Pen bousculée après un meeting: le FN porte plainte contre un maire
  117. Christian Estrosi envoie l'ex-identitaire et colistier de Marion Le Pen, Philippe Vardon, en garde à vue
  118. Régionales : ce qu’il faut retenir des propositions économiques des candidats
  119. Gap : Marion Maréchal-Le Pen, entre « patriotisme économique » et soutien aux TPE
  120. Collard et Maréchal-Le Pen, élus dépités
  121. Régionales: si le FN gagne en Paca mais rate sa gestion, "2017 sera remis en cause"
  122. Marion Maréchal-Le Pen promet d'oeuvrer à l'économie en Paca
  123. Roberto Maroni Facebook
  124. Marion Maréchal-Le Pen devant la Chambre de Commerce et d'Industrie à Marseille
  125. Avec Marion, une région qui vous défend
  126. VIDÉO - Marion Maréchal Le Pen : "Si le FN ne réussit pas en Paca, nous serons tricards pour 30 ans"
  127. Marion Maréchal-Le Pen semble avoir l’étoffe et être taillée pour la haute mer
  128. Pour Philippe de Villiers, Marion Maréchal-Le Pen "scintille d’intelligence"
  129. Marion Maréchal-Le Pen veut supprimer les aides aux plannings familiaux et aux associations LGBT
  130. Planning familial: le FN "montre son vrai visage en région Paca"
  131. Suppression des aides au planning familial : Marion Maréchal-Le Pen s'explique
  132. Régionales : Marion Maréchal-Le Pen largement en tête en Paca
  133. Régionales : en PACA, Maréchal-Le Pen loin devant Estrosi
  134. En Paca, la frontiste Marion Maréchal-Le Pen largement en tête, seule face à Estrosi
  135. Face au FN, le PS choisit le «barrage républicain» contre l'avis de ses candidats
  136. Le Christ, la "cinquième colonne" et Casimir, la soirée au QG de Marion Maréchal-Le Pen à Marseille
  137. C dans l'air du 17-12-2015 |SARKOZY : LE CANDIDAT A ABATTRE (à 41min30)
  138. FN : Marion Maréchal-Le Pen, le poison de la droite
  139. Marine Le Pen est bien la fille de son père, par Éric Zemmour dans Le Figaro Magazine de décembre 2015
  140. Ça s'est passé en 2015 : nouvelle poussée du FN
  141. La «rock star» Marion Maréchal-Le Pen fascine les médias américains
  142. Une majorité de Français souhaitent un renouvellement de la classe politique
  143. Un sondage confirme la « défaite victorieuse » du FN
  144. Allocution de Marion Maréchal-Le Pen
  145. Entretien à France en mars 2016
  146. Marion Maréchal-Le Pen, pièce essentielle du FN pour 2017
  147. Marion Maréchal-Le Pen : "Je ne crois pas aux promesses, je n'ai pas confiance"
  148. En Paca, les nuances de bleu
  149. Marion Maréchal le Pen quitte la tête du FN 84
  150. Le Conseil Régional PACA crée son assemblée consultative. Le FN refuse de siéger
  151. Intervention de Marion-Maréchal Le Pen à propos de la création d'une "assemblée parallèle"
  152. Région : l'assemblée "bis" prévue pour avril
  153. En Paca, Estrosi et Maréchal-Le Pen comme chien et chat
  154. Marion Maréchal Le Pen n'obtient pas la suspension de la conférence régionale consultative instituée en PACA
  155. Sondage d'Estrosi : le FN saisit la déontologue de la Région
  156. Vers une affaire des sondages de la région PACA ?
  157. En Paca, Estrosi et Maréchal-Le Pen comme chien et chat
  158. La droite veut inscrire une disposition anti-travailleurs détachés dans la loi travail
  159. Black M : Marion Marechal-Le Pen veut le censurer !
  160. Marion Maréchal-Le Pen claque la porte du rendez-vous de Robert Ménard à Béziers
  161. Marion Maréchal-Le Pen lâche Robert Ménard : elle montre les muscles pour peser sur le FN
  162. Marion Maréchal-Le Pen démissionne de la Commission Permanente
  163. Marion Maréchal-Le Pen - "La Voix est Libre" sur France 3 Côte d'Azur (à partir de 11min00)
  164. Renaud Muselier se lance dans une imitation des « minauderies » de Marion Maréchal-Le Pen
  165. Marion Maréchal Le Pen : «Je veux instaurer une grande fête populaire dans le Sud»
  166. Dans le Vaucluse, Marine Le Pen en invitée surprise
  167. Marine Le Pen s'invite à la fête FN de Marion Maréchal-Le Pen
  168. Marion Maréchal-Le Pen, écoeurée après l’assassinat d’un prêtre, annonce vouloir s’engager dans la réserve militaire
  169. Marion Maréchal-​​Le Pen va devenir réserviste
  170. Marion Maréchal Le Pen annonce son intention de rejoindre la réserve militaire
  171. Marion Maréchal-Le Pen réagit à l'attentat de Saint Etienne du Rouvray - BFMTV (27.07.16)
  172. Marion Maréchal-Le Pen s'indigne de ne pas pouvoir rejoindre la réserve
  173. Marion Maréchal-Le Pen relaxée contre Jacques Bompard
  174. Bompard attaque Marion Maréchal-le Pen
  175. En Paca, les Républicains et le FN s'entendent sur une motion anti-migrants
  176. Subventions 80 000 euros retirées grâce au FN
  177. Marion Maréchal-Le Pen: «Le FN doit créer des ponts» avec des partenaires pour les législatives
  178. Marion Maréchal-Le Pen : du bleu marine aux bleus à l'âme
  179. Maréchal-Le Pen, vrai départ ou effet bluff ?
  180. Au FN, le sujet de l’identité creuse le fossé entre Marion Maréchal-Le Pen et Florian Philippot
  181. Marion Maréchal-Le Pen dit avoir été attirée par Sarkozy
  182. Régionales - Marion Le Pen : "L'union des droites, c'est nous qui la faisons"
  183. L'Invitée D!CI : Marion Maréchal Le Pen revendique une "proximité idéologique avec le RPR des années 80"
  184. Marion Maréchal-Le Pen, l'effrontée nationale
  185. FN : ce que Marion Maréchal-Le Pen a derrière la tête
  186. Marion Maréchal-Le Pen et « l’affaire Zemmour » - Radio Courtoisie (16 décembre 2014)
  187. Intéressante chronique d'Eric Zemmour... - Marion Maréchal ...
  188. Zemmour candidat à l'Elysée : la radiographie politique de Geoffroy Lejeune
  189. Marion Maréchal-Le Pen sur Europe 1
  190. Le match Marine Le Pen / Marion Maréchal-Le Pen expliqué par une coach en image
  191. FN : Marion Maréchal-Le Pen se considère comme «Française de souche»
  192. Marion Maréchal-Le Pen: «Le FN doit créer des ponts» avec des partenaires pour les législatives
  193. Au FN, le sujet de l’identité creuse le fossé entre Marion Maréchal-Le Pen et Florian Philippot
  194. Portrait de Marion Le Pen, candidate du FN aux régionales
  195. Marion Maréchal-Le Pen, l'effrontée nationale
  196. Marion Maréchal-Le Pen au pèlerinage de Chartres
  197. Comment Marion Maréchal-Le Pen compte gagner en Paca
  198. Marion Maréchal-Le Pen défend le lien entre catholicisme et FN
  199. « Concernant les migrants, nous ne disons au FN rien de plus que l’Église ! »
  200. Les catholiques ont écouté religieusement Marion Le Pen
  201. Primaire2016 : jfpoisson78 est le seul candidat avec lequel une alliance serait possible.
  202. Marion Maréchal-Le Pen invitée de Serge Moati sur LCP
  203. Marion Maréchal - Le Pen précise sa position sur l’IVG
  204. Maréchal-Le Pen sur l'IVG: Philippot parle d'une personne "seule et isolée"
  205. MARION MARÉCHAL-LE PEN CONTRE LE REMBOURSEMENT INTÉGRAL DE L'IVG
  206. L’extrême droite plurielle de Maréchal-Le Pen
  207. EXCLUSIVE – Sarah Palin: Marion Maréchal-Le Pen and 16 Centuries of Christian France
  208. SARAH PALIN CRAQUE POUR MARION MARÉCHAL-LE PEN
  209. Au FN, le travail divise la famille
  210. Marion Maréchal-Le Pen: «Le FN doit créer des ponts» avec des partenaires pour les législatives
  211. Idées, programme: qui est vraiment Marion Maréchal-Le Pen?
  212. Marion Maréchal-Le Pen sur Europe 1
  213. Marion Maréchal-Le Pen, l'effrontée nationale
  214. Weapon of mass distraction: France’s youngest member of Parliament is 25 and she takes no prisoners
  215. Front national : l'exclusion de Jean-Marie Le Pen a-t-elle fragilisé l'entente entre Marine Le Pen et Marion Maréchal-Le Pen ?
  216. 7 jours BFM : FN, en quête de pouvoir
  217. Poutine et le FN : révélations sur les réseaux russes des Le Pen
  218. Marine Le Pen étend son réseau en Europe
  219. In occasione delle elezioni comunali di #Milano, rivolgo un messaggio di sostegno ai candidati della #LegaNord
  220. Marion Maréchal-Le Pen sur BFM TV
  221. Flammarion tente le pastiche avec Marion Maréchal-Le Pen
  222. Le rappeur Sofiane déclare sa flamme à Marion Maré­chal Le Pen
  223. MARION MARÉCHAL LE PEN : UNE PETITE VANNE QUI PASSE MAL
  224. Quand on achète un micro-ondes sur... - Marion Maréchal ...
  225. Marion Maréchal-Le Pen, l'effrontée nationale
  226. Exclusif. Marion Maréchal-Le Pen désavoue son grand-père sur « les chambres à gaz »
  227. Exclusif. Marion Maréchal-Le Pen désavoue son grand-père sur « les chambres à gaz »
  228. Exclusif. Marion Maréchal-Le Pen désavoue son grand-père sur « les chambres à gaz »
  229. Marion Maréchal-Le Pen lance sa campagne en Paca sur des thèmes identitaires
  230. [http://lelab.europe1.fr/pour-marion-marechal-le-pen-les-musulmans-ne-peuvent-pas-avoir-exactement-le-meme-rang-que-les-catholiques-2623809 Pour Marion Maréchal-Le Pen, les musulmans ne peuvent pas avoir "exactement le même rang" que les catholiques ]
  231. Madeleine de Jessey vs Marion Maréchal-Le Pen : les frondeuses de la droite
  232. Marion Maréchal – Le Pen : "Tous les migrants ne fuient pas la guerre"
  233. Marion Maréchal-Le Pen, l'effrontée nationale
  234. Crise au FN : Marion Maréchal-Le Pen prise entre deux flammes
  235. Pour contrer le FN, Bompard veut que Villiers se présente à la présidentielle
  236. FN : ce que Marion Maréchal-Le Pen a derrière la tête
  237. Si elle était élue, Marine Le Pen ne nommerait pas sa nièce au gouvernement

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.