FANDOM


Mobutu Sese Seko
Mobutu Sese Seko
Informations biographiques
Naissance

Joseph-Désiré Mobutu
14 octobre 1930
Lisala (Congo belge)

Décès

7 septembre 1997 (à 66 ans)
Rabat (Maroc)

Nationalité

Congolaise

Parti politique

Mouvement populaire de la Révolution

Conjoint(e)

Marie-Antoinette Gbiatene Gbiatibua
Bobi Ladawa

Enfants

Niwa
Ngombo
Manda
Konga
Ngawali
Yango
Yakpwa
Kongolu
Ndagbia
Nzanga
Giala
Toku
Ndokula

Diplôme

-

Profession

Journaliste

Religion

Catholicisme

Résidence


Mobutu Sese Seko (14 octobre 1930 - 7 septembre 1997) est un homme d'État congolais. Il est le 2e président de la République du Zaïre du 24 novembre 1965 au 16 mai 1997.

Soutenu par la Belgique et par les États-Unis, il forge dans son pays un régime autoritaire, amasse une fortune personnelle considérable, et mène une véritable purge contre toute influence culturelle coloniale que ce soit, tandis que ses prises de positions anticommunistes lui permettent de jouir du soutien américain.

Au cours de la crise du Congo, le colonel Mobutu bénéficie de l'appui des forces belges pour son coup d'État en 1960 visant à renverser le gouvernement nationaliste de Patrice Lumumba. Ce dernier, premier chef d'État démocratiquement élu du pays, est déposé et fusillé par un contingent du Katanga, avec à sa tête un mercenaire belge, Julian Gat. Mobutu devient alors chef des Armées, puis prend le pouvoir politique par un second coup, en 1965. Dans le cadre de son programme d'"authenticité nationale", il renomme son pays sous le nom de Zaïre en 1971, et en fait de même avec son nom, qui devient Mobutu Sese Seko en 1972.

Sous le règne de Mobutu, le Zaïre devient un État à parti unique. Son président fait l'objet d'un véritable culte de la personnalité et amasse une gigantesque fortune personnelle grâce à la corruption et l'exploitation économique. Tous les pouvoirs sont concentrés dans un État centralisé. Certains parlent de "ploutocratie". Mais la situation économique est mauvaise, avec une inflation galopante et une dette protubérante, en plus de dévaluations massives. Il consent à partager l'exercice du pouvoir avec l'opposition en 1991, quand le pays connaît des protestations et une détérioration de l'économie, mais parvient à contrecarrer cette situation en utilisant l'armée jusqu'en 1997. A cette date, les forces rebelles menées par Laurent Kabila l'expulsent du pays, et il meurt trois mois plus tard en exil au Maroc, d'un cancer à la prostate dont il souffrait déjà auparavant.

Mobutu est décrit comme l'"archétype du dictateur africain" dans les colonnes du Time. Il est accusé de népotisme et de corruption, et aussi de violations des droits de l'Homme. Il a aussi marqué par des voyages en avion Concorde à Paris pour faire ses achats et le détournement de quatre à quinze milliards de dollars.

Famille Modifier

Avec Marie-Antoinette, il a neuf enfants : Niwa, Ngombo, Manda, Konga, Ngawali, Yango, Yakpwa, Kongolu et Ndagbia. Il a ensuite une liaison avec « Maman 41 », dont résulte trois enfants, Senghor, Dongo et Nzanga. Puis, avec Bobi Ladawa, il en a quatre : Nzanga, Giala, Toku et Ndokula. Avec sa jumelle Kosia, il en a quatre : Kosia, Ya-Litho, Tende et Sengboni. Il a également eu un garçon avec Mbangula, et un autre nommé Robert avec une inconnue brazzavilloise[1].

Références Modifier

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard