FANDOM


Roland Dumas
Roland Dumas
Informations biographiques
Naissance

23 août 1922
Limoges, Haute-Vienne (France)

Décès

-

Nationalité

Française

Parti politique

Parti socialiste

Conjoint(e)

Anne-Marie Dumas

Enfants
Diplôme

IEP de Paris
London School of Economics
École libre des sciences politiques

Profession

Avocat

Religion
Résidence

Quai de Bourbon, île Saint-Louis, Paris (France)


Roland Dumas (23 août 1922 - ...) est un homme politique français.

Fils de résistant et résistant lui-même, Roland Dumas s’est évadé du Fort Barraux où il avait interné après son arrestation par la police française, puis s’est lancé dans une carrière journaliste suivie d’une grande carrière d’avocat qui lui permet d’exercer dans d’importantes affaires. C’est en le défendant pour l’affaire de l’Observatoire qu’il rencontre François Mitterrand, dont il devient un proche et pour qui il s’engage en politique, malgré leurs désaccords sur les sujets coloniaux. Il entre au parlement en 1956 mais en est éjecté par la vague gaulliste de 1958 avant d’y revenir brièvement de 1967 à 1968 et plus longuement sous la présidence de François Mitterrand.

Homme de confiance du nouveau président, il effectue pour lui des missions secrètes avant de devenir en 1983 le visage de la diplomatie mitterrandienne, périodes de cohabitation exceptées. A ce poste, il s’implique dans des dossiers moyen-orientaux et africains et représente la France lors de grands événements de la fin de la guerre froide. Il est nommé président du Conseil constitutionnel en 1995, poste auquel il officie pour confirmer les comptes irréguliers des candidats Chirac et Balladur, avant d’être poussé à la démission en 2000 pour sa mise en cause dans divers dossiers judiciaires, dossiers pour lesquels il est condamné à des peines d’amende et d’emprisonnement avec sursis. Tenu à l’écart de l’appareil socialiste et du carré mitterrandien en fin de vie, il fait parler dans des polémiques médiatiques comme son retentissant déplacement de soutien à Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire en 2010 ou les formes de son engagement pro-palestinien.

Il prétend détenir le deuxième record de longévité aux Affaires étrangères après Charles Gravier de Vergennes (1774-1787)[1].

Biographie Modifier

Famille, jeunesse et études Modifier

Son père est mort, fusillé par les Allemands, pendant la Seconde Guerre mondiale[2].

Carrière journalistique et juridique Modifier

Carrière politique Modifier

Ascension socialiste Modifier

Présidence de François Mitterrand Modifier

Conseil constitutionnel Modifier

Il est nommé président du Conseil constitutionnel par François Mitterrand en 1995, dans les derniers mois de pouvoir du président socialiste. Lors de l'élection présidentielle, il constate que les comptes de campagne de Jacques Chirac et d'Édouard Balladur sont tronqués mais choisit de les valider. Les comptes du nouveau président accusent des irrégularités moins fortes que celles du Premier ministre sortant dont l'origine de 10 millions de francs est inconnue selon l'un des membres du Conseil de l'époque, Jacques Robert. Les rapporteurs avaient pourtant demandé des vérifications et acceptent cette décision dans le doute. Roland Dumas revient sur cette situation bien plus tard, en 2015, et confie au Figaro : "Que faire? C'était un grave cas de conscience. J'ai beaucoup réfléchi. Annuler l'élection de Chirac aurait eu des conséquences terribles. J'ai pensé à mon pays. Je suis un homme de devoir. Nous avons finalement décidé, par esprit républicain, de confirmer, à l'unanimité au deuxième tour, son élection présidentielle. Je suis convaincu que j'ai sauvé la République en 1995"[3].

Retraite Modifier

Démêlés judiciaires Modifier

Le 16 février 2015, il estime qu'il "peut penser" que le Premier ministre Manuel Valls est sous influence juive par le biais de sa femme Anne Gravoin. Ces propos provoquent un tollé et certains l'accusent d'[antisémitisme]. Face à ceux qui exigent des excuses, il oppose un net refus[4][5].

Voyage en Côte d'Ivoire Modifier

Fin de vie Modifier

Positionnement politique Modifier

Affaires judiciaires Modifier

Roland Dumas est accusé de s'être fait payer des honoraires d'avocat par une étude qu'il a réalisé sur la vidéosurveillance de Pont-Saint-Esprit à la demande du maire socialiste de la commune, Gilbert Baumet, qu'il a défendu dans cette affaire. Il est renvoyé en correctionnelle pour "recel de détournement de fonds publics" par le parquet de Nîmes le 12 juin 2015[6].

Citations Modifier

"Chez Roland, il n'y a que le volant de sa Porsche qui est à gauche."

- Phrase attribuée à Jean-Marc Varaut (mais Roland Dumas l'attribue plutôt à Jean-Louis Tixier-Vignancourt) qui sera reprise par la droite[7][8].

Publications Modifier

Dumas 80s
  • Dans l'œil du Minotaure
  • Politiquement incorrect (2015)

Références Modifier

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.