FANDOM


Ianoukovitch.JPG
Viktor Ianoukovitch
Informations biographiques
Naissance

Viktor Fedorovytch Ianoukovitch
9 juillet 1950
Ienakiieve (RSS d’Ukraine)

Décès

-

Nationalité

Ukrainienne

Parti politique

Parti communiste (1980-1991)
Parti des régions

Conjoint(e)

Lioudmila Ianoukovytch

Enfants

Oleksandr
Viktor

Diplôme

Institut polytechnique de Donetsk

Profession

Ingénieur mécanicien

Religion

Orthodoxie d’Ukraine

Résidence

Russie


Viktor Ianoukovitch (9 juillet 1950 - ...) est un homme d’État ukrainien. Il est président de l’Ukraine du 25 février 2010 au 22 février 2014.

Il est chassé quatre ans après son accession au pouvoir par un important soulèvement. Il est destitué le 22 février 2014 par 328 membres du parlement sur 334.

Biographie Modifier

Carrière politique Modifier

Ianoukovitch tente une première fois en 2004 d’accéder à la présidence mais la court suprême d’Ukraine annule le second tour qui le donnait gagnant sur accusations de fraude et d’intimidation d’électeurs, au milieu de manifestations populaires et de l’occupation de la place de l’Indépendance de Kiev. C’est la Révolution orange. Un second tour est organisé mais Ianoukovitch le perd au profit de Viktor Iouchtchenko. Il continuant d’assurer la direction de son Parti des régions.

Ianoukovitch occupe le mandat de gouverneur de l’oblast de Donetsk entre 1997 et 2002. Par la suite, il est Premier ministre d’Ukraine du 21 novembre 2002 au 31 décembre 2004 sous le président Leonid Koutchma. Après l’échec de la présidentielle de 2004, il redevient Premier ministre entre le 4 août 2006 et le 18 décembre 2007 avec le président Viktor Iouchtchenko. Le 3 mars 2010, Ianoukovitch transfert la direction du parti à Mykola Azarov. En février 2010, il remporte l’élection présidentielle.

Présidence de l’Ukraine Modifier

En novembre 2013 commencent une série d’évènements qui mènent à la déposition du président Ianoukovitch. Ce dernier rejette un accord d’association avec l’Union européenne, préférant donner des gages à la Russie et de maintenir des liens étroits avec elle. Cela conduit à des manifestations populaires et pacifistes et à l’occupation de la place de l’Indépendance de Kiev surnommées Euromaïdan par de jeunes ukrainiens pro-européens. En janvier 2014, des affrontements meurtriers place de l’Indépendance et ailleurs en Ukraine opposent des Ukrainiens ordinaires aux forces de polices de Ianoukovitch.

Les discussions entre l’opposition et Ianoukovitch échouent en février 2014. L’Ukraine est au bord de la guerre civile, des confrontations violentes coûtent la vie de vingt-huit manifestants, de sept policiers et d’un spectateur civil tandis que trois cent trente-cinq manifestants sont blessés le 18 février. Soixante-dix autres sont tués et près de deux milles sont blessés le 20 février dans d’autres affrontements sanglants à Kiev. En tout, au moins soixante dix-sept personnes perdent la vie dans l’Euromaïdan, alors que les estimations évoquent les chiffres de cent morts et de mille cent blessés. Le 22 février 2014, les membres du parlement estiment que le président n’est plus en état d’assurer ses fonctions et organisent une élection pour le 25 mai dans le but de le remplacer. Il est ensuite désavoué par son propre parti. Un élu du parti « condamne fermement les ordres criminels [de Ianoukovitch] qui ont conduit à des victimes humaines, un trésor d’état vide, des dettes gigantesques, la honte devant le peuple ukrainien et le monde entier ». Ianoukovitch quitte la capitale le 21 février, en fuite en Crimée puis en Russie. Le 28, il tient une conférence de presse dans Rostov-on-the-Don, au cours de laquelle il s’innocente et blâme ses ennemis. Il continue de se considérer comme « le chef légitime de l’Etat ukrainien élu à travers un vote libre par les citoyens ukrainiens ». Il vit dans une datcha de luxe à Sotchi[1].

Le 24 février 2014, un mandat d’arrêt est lancé contre Ianoukovitch accusé de « meurtre de masse de civils ».

Critiques Modifier

Ianoukovitch est critiqué par ses adversaires pour être représentant des intérêts du business ukrainien. Ils dénoncent le financement de ses campagnes par le millionnaire Rinat Akhmetov. Les sympathisants de Ianoukovitch mettent en avant le niveau de sécurité sans précédent de l’investissement de la province de l’oblast de Donetsk sous sa gouvernance.

Il compte de nombreux soutiens dans la frange russophile des Ukrainiens à l’est du pays. Au contraire, il est détesté et repoussé par l’Ukraine occidentale. Le Mouvement populaire de l’Ukraine décrit son élections du 10 février 2010 comme d’une attaque par les forces anti-Ukrainiennes de notre état » et déclare que « tous les moyens légaux possibles devraient être utilisés contre l’anti-étatiste Ianoukovitch et ses dispositions pro-Moscou ». Le 16 février 2010, Ianoukovitch déclare : « Je n’ai qu’une seule chose à dire à ceux qui anticipent l’affaiblissement de l’Ukraine par ma présidence : ça n’arrivera jamais ». Ianoukovitch se définit lui-même comme un Ukrainien. Ses électeurs de 2010 ont pensé qu’il ramènerait « la stabilité et l’ordre ».

Références Modifier

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard